Présentation des carnets du GRIP

Le Global Research Institute of Paris (GRIP) est un institut (financement IdEx des initiatives interdisciplinaires) qui intègre le périmètre scientifique des Global Studies et, plus largement, la Recherche Globale en sciences sociales et humanités, tout en menant une réflexion sur les rapports Nord-Sud. Le GRIP a vocation à s’adresser à l’ensemble des partenaires stratégiques de l’Université de Paris pour créer une communauté scientifique à forte visibilité autour des questions sociétales liées à la globalisation. Le GRIP entend mener des actions intégrées de recherche, de formation et de valorisation autour de trois grands domaines : villes et citadinités; circulations; technologies, logiques marchandes et vulnérabilités.


Ces carnets répondent à plusieurs nécessités :

  • Publier régulièrement sur les activités menées au sein du GRIP
  • Partager des comptes-rendus d’événements organisés par le GRIP
  • Éditer des billets rendant compte de recherches conduites par des membres des axes thématiques sur des questions théoriques et méthodologiques spécifiques ou transversales
  • Publier des textes de témoignages et d’analyses sur le Covid 19
  • Ces carnets s’adressent à un public académique mais non exclusivement


2 réflexions au sujet de « Présentation des carnets du GRIP »

  1. Pourquoi avoir donné une dénomination en anglais à cet institut de PARIS ?
    N’est-ce pas réduire la pensée humaine que de tout ramener au globiche ?
    L’obsession d’une langue unique au prétexte de l’efficacité est un leurre qui masque les effets de domination de la pensée unique dont la langue unique est l’antichambre. Mais l’efficacité n’est même pas prouvée : la Renaissance où tout le monde s’est mis à penser et à écrire dans sa langue nationale fut plus féconde pour la pensée humaine que les longs siècles de domination exclusive du latin, comme si la créativité était bel et bien inséparable de la diversité.

    1. Le GRIP est en anglais car il était important que nous ayons un intitulé stable et reconnaissable par nos partenaires à l’étranger qui ne sont pas tous francophones, loin s’en faut. L’anglais, en tant que langue véhiculaire, nous permet atteindre cet objectif. De plus, il existe un Collège des études mondiales de la FMSH, qui a des objectifs différents des nôtres, ce qui aurait pu porter à confusion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.