Le laborieux parcours du tambavy Covid – Organics (CVO) malgache, à la confluence entre tradition et science

L’objectif de ce billet, réalisé à ma demande par mon collègue historien Claude Alain Randriamihaingo (Université d’Ankatso, Antananarivo, Madagascar), n’est pas de mener une analyse exhaustive ni même définitive. Il s’agit simplement de rassembler pour le blog du GRIP quelques éléments recensés, depuis Madagascar, qui puissent susciter ici et là une réflexion partagée sur une situation inédite, « globale » mais aussi locale, dans laquelle se mêlent des enjeux de santé publique mais aussi économiques, politiques, de pouvoir et des processus identitaires à différentes échelles. Avec la COVID, nous sommes bien sûr au cœur des phénomènes de mondialisation, de circulations et de ce que les recherches sur le « global » ont à dire. Julien Mallet

  « Tambavy », auxiliaire du quotidien ancré dans l’imaginaire malgache, désigne ce breuvage amer que les parents administrent à leurs progénitures, à titre prophylactique voire curatif, pour soigner des maux courants sans gravité. Les pratiques diffèrent suivant les régions, les catégories sociales, mais recourir aux plantes est largement partagé à Madagascar et cette utilisation de la médecine traditionnelle permet aussi de se conforter dans l’affirmation d’une identité. Dès lors que les symptômes de la covid – 19 se sont faits ressentir, les premiers réflexes de la grande majorité des ménages ont été de recourir aux remèdes composés de citron, ail, gingembre, ravintsara, kininim, potsy, et autre « mangidy » (litt. tisane amère). Ensuite seulement, si cela n’est pas efficace, on se rend dans les centres de santé en cas de suspicion d’infection.  En mobilisant le tambavy comme symbole le Président malgache ne pouvait que remporter l’adhésion d’une grande partie de ses compatriotes percevant à travers ce geste, un patriotisme authentique. Pourtant, à l’instar de son composant central (l’artemisia), ce qui se joue autour du tambavy Covid Organics est loin d’être endémique

Artemisia vulgaris

La (re)prise en considération, à notre époque, de l’artemisia , s’inscrit dans le cadre de la longue recherche de solutions contre la malaria, notamment par les tradipraticiens chinois. Il se retrouve au centre de travaux de laboratoire en Chine ayant abouti à un dérivé : l’artémisinine. Cela vaut, en 2015, à la chercheure Tu You You, un prix nobel de médecine pour l’avoir isolée, ouvrant ainsi une voie solide en termes de lutte contre la malaria. L’artemisia a été introduite en Afrique et à Madagascar dans les années 1995 pour ses vertus antipaludiques. Quand l’OMS recommande officiellement de traiter la malaria sur la base de traitements ACT (Artemisia based Combinaison Thérapies), la fluctuation des prix de l’artémisinine est telle, que cela entraine une forte demande conduisant à une pénurie mondiale en 2004. Cela incite les agriculteurs d’Asie (Chine, Vietnam) et d’Afrique à se lancer dans sa culture.

C’est dans ce contexte que BIONEXX s’installe à Madagascar en 2005 pour lancer la culture de l’artemisia, en travaillant avec des milliers de petits producteurs (on parle de 15 000 cultivateurs) essaimés sur tout le territoire national – en la transformant en artémisinine, pour la revendre ensuite à l’export auprès de grandes firmes pharmaceutiques. En 2014, le Dr. Lucile Cornet Vernet fonde en France « La maison de l’artemisia ». Cette ONG développe plus de 80 « maisons de l’artemisia » en Afrique et à Madagascar. Le but est de former des paysans à sa culture, puisque l’artemisia naturelle a été identifiée comme étant une solution idéale et à faible cout contre le paludisme, il importe de tout faire pour en multiplier la vulgarisation, afin de pallier au manque de traitement et de moyens. Quant à la tisane covid – organics (cvo) malgache, l’application de l’artemisia au traitement du coronavirus relève d’un syllogisme : les traitements antipaludéens ont une certaine efficacité contre le coronavirus, l’artemisia est un antipaludéen, donc l’artémisia peut avoir une certaine efficacité contre le coronavirus. Le 23 mars 2020 « La maison de l’artemisia » lance « un appel à projets : lutte covid – 19 », dont le but était de susciter des études cliniques pour valider un traitement préventif à base d’artemisia. L’impact de ces travaux permettrait d’apporter rapidement une solution de prévention, étant donné « l’imminence d’un pic de contamination attendu » en Afrique – un perpétuel refrain de l’OMS. C’est surement dans cette optique que le Dr.Lucile Cornet – Vernet transmet cet appel à projets à plusieurs chefs d’Etat africains , dont celui de Madagascar. Le 20 avril 2020, le Président malgache annonce, en grande pompe, à l’Institut Malgache de Recherches Appliquées (IMRA), la découverte d’un remède à base d’artemisia et de plantes médicinales originaires de la grande ile. Mais vu la célérité de la procédure, des questions se posent, des réactions se manifestent. Mis à part les critiques acerbes des opposants au régime, d’autres voix se font entendre, déplorant l’absence de débat public, quant à l’adoption du covid – organics (cvo) à grande échelle.

Covid-organics (cvo)

Et cela déborde, puisque la prise du tambavy est assimilée à une forme de patriotisme et sa mise en doute peux correspondre à de l’antinationalisme (terme maintes fois entendu en différentes circonstances avec toutes les connotations inhérentes). Pendant ce temps, le Président s’investi d’avantage à la promotion du produit, aidé en cela par ses pairs africains. Suite au retentissement de l’annonce du 20 avril 2020, le milieu scientifique émet des réserves avant que l’OMS ne mette en garde contre un produit élaboré en marge de la procédure de validation en vigueur. Ceci suscite l’indignation de nombre d’africains qui ont trouvé là une occasion idéale pour fustiger l’OMS. Dans ce contexte, les présidents d’une dizaine de pays africains entrent en relation avec leur homologue malgache – par visioconférence et diffusée sur les chaines télévisuelles en prime – time – avant d’affréter, chacun à son tour, un avion à Madagascar pour venir chercher leur part de tambavy (cvo). De leur côté, depuis le 20 avril, les médias occidentaux n’ont jamais cessé de discréditer la tisane (cvo), Madagascar, ou plutôt ses dirigeants et ses scientifiques, en dénigrant les vertus du remède pour conclure à son inefficacité – voire, étrangement, jusqu’à condamner l’artemisia

Au fur et à mesure que la polémique enfle, on remarque un fléchissement des positions. Au mois de juin, le D.G. de l’OMS annonce officiellement vouloir soutenir Madagascar pour procéder à des essais cliniques, tout comme bon nombre de pays africains. Et c’est d’ailleurs la pierre d’achoppement principale à la reconnaissance officielle du tambavy en tant que médicament. Dans ce contexte, la revue Paris Match rapporte qu’après des mois d’analyse, le Pr.Peter Seeberger , responsable de l’Institut Max Planck de Postdam (Allemagne) a annoncé le mercredi 24 juin 2020, que des extraits d’artemisia séchés se sont révélés efficaces, en laboratoire, pour lutter contre la covid – 19. Des essais cliniques étaient sur le point d’être lancés aux Etats – Unis et au Mexique, sur des patients atteints de coronavirus. En juin 2020, le Président malgache lance la construction de PHARMALAGASY. Du matériel, sophistiqué, en provenance d’Allemagne et de Chine arrive fin juillet. L’Etat malgache qui est l’actionnaire  majoritaire de cette société, envisage de mettre  en place une véritable industrie de pointe, capable de rivaliser  avec de grandes firmes pharmaceutiques étrangères. Entretemps, les essais cliniques in vitro et in vivo sur le remède contre le coronavirus continuent, et à l’issue de cela, l’usine produira des cvo/gélules à doses préventives et curatives, d’après les responsables. Le 20 septembre 2020, l’OMS approuve un protocole pour des essais cliniques de phase III de phytothérapie pour la covid – 19, pour le tambavy (cvo). Le 2 octobre 2020, PHARMALAGASY est inauguré officiellement. Elle produira 32 millions de gélule de (cvo  +) par jour, à base d’artemisia et de « ravintsara », ambitionnant d’exporter sa production afin d’apporter une solution à la pandémie de covid – 19. C’est aussi dans cette optique que Madagascar a été sollicitée par l’OMS pour participer au «  Solidarity trial », un essai clinique international visant à trouver un traitement efficace contre la covid 19.

Prise dans des enjeux locaux et globaux, dans une histoire de circulations mondiales anciennes et ressentes, la gestion de la covid – 19 se retrouve à Madagascar à l’intersection du scientifique et de la croyance, du politique, de l’économique et des processus identitaires. Le 16 avril 2020, le Président a diffusé sur sa page facebook, une reconstitution documentaire relatant le passage à Madagascar d’une brésilienne qui avait prédit, en novembre 2019, que Madagascar sauvera le monde d’une pandémie globale grâce à des plantes endémiques. Pour l’instant, la concrétisation de la devise de Pharmalagasy, inscrite sur son fronton, comme suit :

« PHARMALAGASY : changer l’Histoire par la Science » reste la meilleure option à prendre…

                                                                        Claude Alain Randriamihaingo

                                                                                                                              


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.