Les gestes barrières : variantes locales d’une pandémie mondiale

Premiers résultats du programme de recherche participative COVIDSCAPES

Port du masque, usage du gel hydroalcoolique, distanciation sociale, sont parmi les principaux gestes préconisés dans tous les pays où la pandémie sévit. Mais selon les contextes et les publics, les affichages liés à ces gestes varient. Plusieurs paramètres semblent intervenir en la matière, paramètres que les étudiants du programme de recherche participative COVIDSCAPES ont su mettre en évidence. Ainsi, le présent billet est le fruit de l’intelligence collective, car les étudiants cités ne se sont pas contentés de fournir les photographies reproduites ci-après. La plupart des analyses présentées ci-après sont extraites de leurs propres commentaires : le porteur du programme (F. Mourlhon-Dallies, désormais FMD) n’a proposé dans ce billet qu’une rédaction unifiée de tout ce qui a pu être échangé avec les étudiants de master 2 DDL ou SDS d’UP entre novembre 2020 et janvier 2021.

Les principaux facteurs de variation des messages autour des gestes barrières sont :

  • Les types de public
  • Les conditions climatiques
  • Les politiques de prévention et de santé (qui incluent le rôle de l’Etat, les politiques linguistiques et les cultures locales)

Dans le présent billet, nous ne traiterons que du premier de ces facteurs de variation : la prise en compte du profil du public, avec un focus particulier sur le public enfant et adolescent vs l’âge adulte. Ce sera l’occasion de revenir sur certaines particularités des établissements scolaires et de leurs enceintes, en France métropolitaine, à la Réunion, mais aussi au Sénégal.

Le facteur « type de public »

L’un des premiers facteurs de variation rapidement identifié par le groupe collaboratif que nous avons formé avec les étudiants est l’adaptation des messages préventifs au profil des destinataires, et en particulier à leur âge.

En France métropolitaine,  la plupart des affichages adressés au grand public (c’est-à-dire de manière indifférenciée à tous types de personnes) a été durant toute la pandémie rédigée au moyen de tournures nominales (telles « port du masque obligatoire » ; « 6 personnes maximum ») ou sur le mode impersonnel (verbe à l’infinitif) comme ci-après :

Magasin Nicolas, Paris, le 24 avril 2020 (Corpus FMD)

Sur les vitrines des commerces, le ton est depuis mars 2020 majoritairement technique et procédural. La pratique dominante dans les quartiers centraux de Paris consiste, depuis le début de la pandémie, à photocopier des affichettes officielles tricolores et à les placer bien en évidence pour montrer que l’on est en conformité avec la règlementation, comme ci-dessous :

Bar, Avenue Georges V, Paris, 16 juin 2021 (en place depuis la première vague de l’épidémie, dès mars 2020) – Corpus FMD.

En revanche, dans les transports en commun et espaces de transit, les campagnes de prévention ont pris une tonalité moins distanciée. Dès septembre 2020, les affiches et autres moyens de signalisation ont rapidement misé sur un « nous » plus mobilisateur (parfois associé à « tous » ou à « ensemble ») comme pour responsabiliser le citoyen et renforcer l’idée de communauté.

Station Saint-Lazare, le 16 avril 2021 (en place depuis l’automne 2020), Corpus FMD.

Certains slogans ont même opté pour des échos bibliques, « Protégeons nous les uns les autres » faisant penser à « Aimons-nous les uns les autres ». Les tournures impersonnelles distanciées, plébiscitées par les enseignes commerciales, tout comme l’usage du « nous » plus collectif (dans les espaces communs) sont donc les formes privilégiées de la prévention tous publics confondus. En revanche, les pronoms personnels « je » et « tu », plus rares, sont des points de cristallisation des différences entre publics cibles.

De manière générale, dès qu’on se focalise sur des établissements commerciaux indépendants, les consignes en « je » comme ci-après sont quasiment inexistantes  :

Café Le Grand Saint-Marc, Rouen, le 11/06/2020 (corpus FMD)

A l’inverse, ce mode d’adressage est dominant (mais non exclusif) dans les posters utilisés dans les écoles d’Ile de France, lesquels offrent une déclinaison des gestes barrières en « je », qui favorise l’identification et renforce l’appropriation :

Ecole primaire George Politzer, Champigny/Marne,, nov. 2020, Corpus Asma Najlaoui et Sarra Marouf Araibi

Le graphisme plus coloré que pour les affichages officiels tous publics se révèle très proche des albums de jeunesse. On peut y voir un moyen de toucher plus profondément le public enfant et jeune adolescent. A côté de ces messages en « je », on trouve quelques adressages en « tu »  qui reflètent la pratique du tutoiement spontané des enfants par les adultes. Le tutoiement fonctionne alors comme marqueur d’âge du destinataire des messages sur lequel l’adulte a un ascendant supposé immédiat.

Collège Willy Ronis, Champigny/Marne,, nov. 2020, Corpus Asma Najlaoui et Sarra Marouf Araibi

Il est à noter toutefois qu’à la Réunion les messages destinés aux adultes et au grand public en général peuvent utiliser le tutoiement (en particulier en créole, dont l’usage crée de la proximité). De même, il arrive que les instructions sanitaires incorporent des silhouettes de personnages familiers qui font penser à la bande dessinée.

L’Ermitage-les-Bains, Club de Sport, le 10 novembre 2020 (Corpus Chloé Brocheton et Annabelle Cara

Ces pratiques inhabituelles en Métropole n’excluent pas toutefois, dans les enseignes plus standardisées, le recours à des pictogrammes stylisés, combinés au créole et au tutoiement. On a alors une manifestation langagière du glocal, qui combine couleur locale et commerce intercontinental.

Saint Paul, Monsieur Bricolage, le 26 novembre 2020 (Corpus Chloé Brocheton et Annabelle Cara)

Ces variations entre l’Hexagone et l’Outre-mer montrent que ce qui peut faire signe dans un contexte donné et orienter vers un public adulte ou enfant n’a pas de valeur universelle même si de grandes tendances peuvent être dégagées, en tous points du globe.

En ce qui concerne le contenu même des gestes barrières et surtout le nombre de consignes données,  le public jeune ou enfantin amène quelques spécificités par rapport au public adulte : dans les écoles, les indications sur comment jouer ensemble ou se saluer sont ajoutées à la batterie des gestes standards que l’on trouve dans les commerces et les administrations. Il y a multiplication des conseils préventifs de toutes sortes si bien que les posters comportent jusqu’à 7 ou 8 recommandations. On peut penser que les enfants sont jugés plus imprudents et qu’ils doivent faire l’objet de multiples précautions. Ainsi pour assurer leur protection, on arrive parfois à plus d’une dizaine de gestes à respecter !

Collège Paul Eluard, Garges les Gonesses, nov. 2020, Corpus Asma Najlaoui et Sarra Marouf Araibi

De même, certains espaces académiques comme les bibliothèques ou les résidences universitaires créent des affichages spécifiques, qui excèdent largement la triade mise en avant dans les autres espaces publics.

B.U. des Saints-Pères, le 12/12/2020 (Corpus Mayra castro-Neves et Angeliki Tzoumeka)

Ces spécificités confortent l’hypothèse faite par quelques chercheurs se réclamant de l’analyse des paysages linguistiques (Linguistic Landscapes Analysis) qui jugent nécessaire, à l’image de Kallen (2010) de distinguer entre les espaces commerciaux et les espaces éducatifs et académiques. Pour ces derniers, nous faisons l’hypothèse que la prévention est souvent plus développée. Dans tous les pays et régions lointaines que nous avons pu observer, on remarque, tout comme à Paris, une concentration des affichages préventifs sur les entrées et enceintes scolaires, qui semblent jouer un rôle symbolique de protection accrue.

L’Ermitage les Bains, école primaire, le 21/12/2020
(Corpus Chloë Brocheton et Annabelle Cara)

Kolda, mur d’école élémentaire,  le15/12/ 2020
(Corpus Oumar Balde, photo prise par Anne Fatoumata)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.