GRIP

a) Interroger la globalisation au-delà de sa dimension économique, en se focalisant sur la plus grande circulation des individus, des idées, des savoirs, des modes, des normes, valeurs et des imaginaires issus d’une interconnexion inédite entre les sociétés;

b) Documenter concrètement le caractère paradoxal de la globalisation, car cette dernière est caractérisée aussi bien par des dynamiques d’intégration, inclusion, concertation que par d’autres de fragmentation, exclusion, dispersion de réalités économiques, institutionnelles, politiques et sociales autrefois contenues dans les frontières des États-nations;

c) Questionner la multipolarité de la globalisation : si cette dernière a pu à un moment être assimilée à l’hégémonie des États-Unis, la croissance rapide d’autres pays conduit à l’émergence de résistances et concurrences ne pouvant plus être réduites à l’opposition entre un centre (le nord, l’occident) et une périphérie (le sud, l’est), mais entre de multiples centres et plusieurs périphéries.

d) Repérer les nouveaux lieux de régulations sociales et politiques : si les États-nations demeurent des réalités politiques incontournables, les processus globaux ont conduit à leur affaiblissement relatif, ce qui se laisse voir par une multiplication des acteurs et des formes de gouvernance supranationaux mis en place afin de contrer les nombreux risques globaux.

Voir les Axes de recherche du GRIP ici.

Recherches globales à Université de Paris