Archives de catégorie : Recherches en cours

LE MARCHÉ GLOBAL DES VÉHICULES D’OCCASION : FLUX NORD-SUD (II)

Texte par Jessica Pourraz, co-porteuse du projet GRIPLe marché global des véhicules d’occasion

Après avoir passé 3 semaines à Accra au Ghana, voici les éléments tirés d’une première immersion dans le commerce des véhicules.

Le Ghana a connu une forte hausse du nombre de véhicules puisqu’en dix ans il est passé de 1.4 millions (2010) à 3 millions (2022). Près de 85% des véhicules privés et commerciaux sont importés de l’étranger avec en grande majorité des véhicules en provenance des Etats-Unis et du Canada, et plus minoritairement d’Europe. La moitié de cette flotte est concentrée dans la capitale Accra. Les véhicules les plus courants sont issus des constructeurs Toyota, Nissan, Honda, fabriqués pour la grande majorité aux Etats-Unis et/ou au Canada.

Garage

Les discussions conduites avec les propriétaires et partenaires de ces garages, ainsi qu’avec leurs vendeurs, nous apprennent que la plupart des véhicules importés des Etats-Unis et du Canada sont des véhicules accidentés qui, ayant été saisis par les compagnies d’assurance, sont vendus en ligne aux enchères à des prix défiants toute concurrence.

On dénombre à Accra 80 garages et un total de 800 personnes travaillant dans ce secteur. Tous ces entrepreneurs ont des partenaires, pour la plupart des membres de leur famille, basés aux Etats-Unis et/ou au Canada qui se chargent de la vérification physique des véhicules et de leur acheminement jusqu’au port d’expédition le plus proche du lieu l’acquisition. Une fois les véhicules arrivés aux ports au Ghana, ils regagnent les ateliers de mécanique de la capitale pour être remis en état pour ensuite être vendus.

Garage

Ce secteur repose ainsi fortement sur les capacités locales de mécaniciens et un vaste marché de pièces détachées également importées. Il n’y a aucune restriction pour importer des véhicules au Ghana et seules des pénalités sont appliquées pour les véhicules âgés de plus de 10 ans. Ainsi n’importe qui peut entrer dans ce commerce et importer des véhicules quelque soit leur état, même sous la forme d’épave. En effet, il n’existe pas de standards pour ces véhicules et seules les rares voitures importées neuves, ainsi que celles arrivant en kits et assemblées localement doivent respecter la norme Euro2.

Garage

On observe ainsi au Ghana, une structuration et une régulation du marché des véhicules d’occasion, ainsi que des circulations transnationales complétement différentes de celles observées par Bérénice Bon au Kenya.

Driver and Vehicles Licensing and Authorities

Tous les crédits correspondent à ©JPOURRAZ, mai 2022, Accra

DIvercities participe de la conférence internationale « Future Practices of Citizenship in Asia and the West. The Care of the Self III »

Texte par Marie-Gibert Flutre, porteuse du projet GRIP – Divercities

L’International Institute of Asian Studies (IIAS) organise à Leyden les 25-26 avril 2022 une conférence internationale entitrée: Future practices of citizenship in Asia and the West. The care of the self III.

L’équipe du projet GRIP Divercities, Marie Gibert-Flutre et Guillaume Tran Huu, participeront de la conférence en présentant une communication.

Leur communication rendra compte de leurs travaux sur l’intégration urbaine des chauffeurs de moto-taxis de Ho Chi Minh Ville (Vietnam) par leur usage de la plateforme numérique Grab, dans une communication intitulée : Reclaiming the Streets from the Apps? Rethinking Future Practices of Urban Citizenship in the Digital Age: Perspectives from Vietnam

 

RECHERCHES CONTEMPORAINES EN ANTHROPOLOGIE : DES CIRCULATIONS EN QUESTION(S)

Labélisé GRIP, ce séminaire mensuel, entamé en 2019, analyse différentes formes de circulations culturelles, passées et contemporaines, contraintes ou choisies, liées à des savoirs, des technologies de diffusion et/ou des phénomènes de migration. Partant de divers « terrains », les processus de transformation et de réinvention, façonnés par les circulations, sont au centre de notre réflexion. Les dynamiques révélées permettent d’inscrire celle-ci aussi bien dans une approche globale de « scènes » que dans une anthropologie historique et politique des formes de mobilités.

L’an passé, nous avons tenu à (ré)interroger la construction sociale de la notion de « race » sous l’angle des logiques multiples et mutuelles à partir desquelles se tissent le « local » et le « global ». Nous poursuivons notre réflexion en envisageant, cette année, les processus de politisation des élaborations identitaires et/ou de certaines formes de pouvoir qui y sont rattachées. Nous questionnons les opérations autour d’une reconnaissance ou au contraire d’un déni de légitimité́ de subjectivités, issues d’identités sociales et ethniques intériorisées, mettant en scène un patrimoine racial et/ou culturel.

« Hybride », ce séminaire – devenu un webinaire en raison de la pandémie – est à la fois un séminaire de recherche et d’enseignement. Initialement destiné aux étudiants du Master 2 MIRA (Migrations Racisme Altérités), il est désormais ouvert aux doctorants de l’Université́ Paris Cité (inscrit au catalogue d’enseignements de l’école doctorale). Nous y avons également associé nos partenaires malgaches et haïtiens. Le séminaire fait partie de l’offre de formation à Madagascar (FLSH, Université́ d’Ankatso, Antananarivo) et du programme de master en Anthropologie de la Faculté́ d’Ethnologie l’Université d’État d’Haïti.

Le marché global des véhicules d’occasion : flux Nord-Sud

Texte par Bérénice Bon, co-porteuse du projet GRIPLe marché global des véhicules d’occasion

Quelques nouvelles des terrains au Kenya et au Sénégal du projet. Obsolescence technologique et renforcement des vulnérabilités environnementales et sanitaires en Afrique.

Première immersion dans les mondes des garages à Nairobi.

Au Kenya, 90 % des véhicules privés utilisés sont des véhicules d’occasion importés, dont 80 % viennent du Japon.

On a rencontré des investisseurs comme H., qui vient du Sri Lanka. H. a d’abord travaillé dans le commerce du diamant puis a rejoint un oncle dans les années 1980 en Inde pour vendre des voitures. À la fin des années 1990, H. part au Japon, se spécialiser dans la vente de voiture. H. vit aujourd’hui à Nairobi. Via son entreprise, il importe 5000 voitures chaque année du Japon. Ou J, qui en 2004 quitte Kitui, une petite ville, et s’installe à Nairobi. Il ouvre un garage et achète deux voitures japonaises. Il poursuit aujourd’hui ce commerce en vendant chaque mois 2 à 3 voitures et en assurant des réparations.

On a commencé à remonter les chaînes d’approvisionnement et les dépendances qu’elles créent pour cette diversité d’entrepreneurs. H., J. et tous les autres entrepreneurs rencontrés nous ont initié aux sites web des plus grands exportateurs japonais comme SBT, mais aussi aux places d’enchères à Osaka ou Tokyo où depuis 2010 ils achètent des voitures. Depuis les années 1990 des liens se sont tissés entre entreprises et individus kényans et japonais. Le pouvoir des firmes dans les pays exportateurs et la digitalisation rassemblent ces entrepreneurs, aux capitaux très divers. La majorité des garages ont des franchises pour fournir des pièces Toyota ou Nissan, mais si vous avez une Peugeot à Nairobi vous attendez deux mois pour recevoir la pièce de rechange ! Un bien marchand global c’est un appareillage logistique qui crée des sentiers de dépendance : du cargo, à l’entrepôt, à la ville. Et à ces vies sociales et économiques se tissent des vies politiques. On a alors embarqué dans le monde des contraintes réglementaires et de la production de normes environnementales pour ces véhicules qui par milliers voyagent du Japon au Kenya. On a commencé à suivre l’obtention des certificats indispensables à chaque voiture importée, quels acteurs interviennent, quels contrôles sont effectués, comment évoluent ces normes, comment se construit le problème de la pollution de l’air et des émissions du trafic routier.

Au Kenya, comparé à d’autres pays africains, la flotte de véhicule d’occasion importée est plutôt récente : ces certificats imposent depuis 2010 qu’un véhicule ne doit pas être plus âgé que 8 ans. Le prochain terrain prévu en mai 2022 nous guidera jusqu’au plus grand port du Kenya, Mombasa, pour être au plus proche de ces voitures et de leurs passeurs, multisitués, mais aussi dans les bureaux et les ateliers de contrôle de l’agence nationale environnementale.

Tous les crédits des photos ©BBON, novembre 2021, Nairobi

The Social Life of Matte: a study of matte consumption and significance among the Druze

Contribution de Lubna Tarabey, Université Libanaise, dans le cadre du projet: Matière à relation : Liban Globalisé

Introduction

Matte, a herbal tea like infusion made from the Ilex Paraguayensio shrub indigenous to Brazil and Paraguay and cultivated in Argentina (Joycee, 1934), has traveled to the middle east with the early waves of returning Druze immigrants in the early 20th century. Unlike the lack of interest in Matte in much of Europe and its inability to compete with other drinks such as tea and coffee, Matte found a welcoming environment in the Middle East, especially among a particular religious group mainly located in Syria, Lebanon and Palestine, namely the Druze (Folch, 2010). The Druze of the Levant are considered to be the first consumers of Matte whereby a herb not indigenous to the area has been transformed, culturally acquiring a social life of its own and through various socio-cultural and political processes has developed a social biography of its own, one that is different, but not dissociated, from the origin of Matte.  Kopytoff claims that “What is significant about the adoption of alien objects – as of alien ideas – is not the fact that they are adopted, but the way they are culturally redefined and put into use” (Kpytoff, 1986, p. 67) . Matte, as such, is a commodity that has a life history or a biography that is culturally regulated acquiring a social identity and reflecting a culture.

Study aim

The study aims at analyzing the way this herbal drink gained a socio-cultural identity among the Druze through adopting a perspective that focuses on Matte as a commodity with its own historical and social biography. The study “follows Matte” espousing the idea that “the meaning of objects are inscribed in their forms, their use and their trajectories” (Appadurai, 1986, p. 5) and become socially and culturally loaded with and reflective of meanings. The study further looks into how Matte has become so tightly associated with Druze identity that the practice of consuming the drink has continued through generations of Druze migrants living outside Lebanon. Since the study is being conducted post the Covid pandemic and the economic crisis in Lebanon and knowing that the Matte requires socially a sharing of the drinking straw, part of the research will look into the effects of both the pandemic and the economic crisis on the consumption of matte among the Druze

Method

For the purpose of gathering data both, inside and outside Lebanon, two tools will be utilized. In-depth semi-structured interviews will be used in Lebanon targeting members of the Druze community who consume matte. Forty such interviews will be carried out. The second method utilized is an online survey that would be distributed in Lebanon through snow ball techniques. A modified version of the survey would be used for Druze residing in Canada, France and United States of America through contacting Druze associations who would distribute the questionnaire through the lists of registered members and through personal contacts of the researcher with Druze living in these countries.

References

Appadurai, A. (1986). Introduction: commodities and the politics of value. In A. Appadurai, The Social Life of Things (pp. 3-63). Cambridge: Cambridge University Press.

Folch, C. (2010, January). Stimulating Consumption: Yerba Mate Myths, Markets, and Meanings from Conquest to Present . Comparative Studies in Society and History, 52 (1), 6 – 36.

Joycee, T. A. (1934, November 10 ). Use and Origin of Yerba Mate. Nature Publishing Group, 722 – 724.

Kpytoff, I. (1986). The cultural biography of things: commoditization as process. In A. Appadurai, The Social Life of Things: commodities in cultural perspective (pp. 64-91). Cambridge: Cambridge Uiversity Press.

Hubs épistémiques au XXIe siècle : la circulation des connaissances académiques aujourd’hui

Leandro Rodriguez Medina a partagé avec nous les principaux enjeux de la circulation des connaissances académiques aujourd’hui ainsi que les 7 sections de ce qui sera le Handbook of Academic Knowledge Circulation.

Le séminaire a été enregistré en 4 capsules, accessibles ici en bas.

Introduction and future scenarios of the academic knowledge circulation today
The Knowledge circulation’s handbook and section I & II
The Knowledge circulation’s handbook section III & IV
The Knowledge circulation’s handbook section V, VI, VII
Montage vidéo: Eric Opigez

Les gestes barrières : variantes locales d’une pandémie mondiale

Premiers résultats du programme de recherche participative COVIDSCAPES

Port du masque, usage du gel hydroalcoolique, distanciation sociale, sont parmi les principaux gestes préconisés dans tous les pays où la pandémie sévit. Mais selon les contextes et les publics, les affichages liés à ces gestes varient. Plusieurs paramètres semblent intervenir en la matière, paramètres que les étudiants du programme de recherche participative COVIDSCAPES ont su mettre en évidence. Ainsi, le présent billet est le fruit de l’intelligence collective, car les étudiants cités ne se sont pas contentés de fournir les photographies reproduites ci-après. La plupart des analyses présentées ci-après sont extraites de leurs propres commentaires : le porteur du programme (F. Mourlhon-Dallies, désormais FMD) n’a proposé dans ce billet qu’une rédaction unifiée de tout ce qui a pu être échangé avec les étudiants de master 2 DDL ou SDS d’UP entre novembre 2020 et janvier 2021.

Les principaux facteurs de variation des messages autour des gestes barrières sont :

  • Les types de public
  • Les conditions climatiques
  • Les politiques de prévention et de santé (qui incluent le rôle de l’Etat, les politiques linguistiques et les cultures locales)

Dans le présent billet, nous ne traiterons que du premier de ces facteurs de variation : la prise en compte du profil du public, avec un focus particulier sur le public enfant et adolescent vs l’âge adulte. Ce sera l’occasion de revenir sur certaines particularités des établissements scolaires et de leurs enceintes, en France métropolitaine, à la Réunion, mais aussi au Sénégal.

Le facteur « type de public »

L’un des premiers facteurs de variation rapidement identifié par le groupe collaboratif que nous avons formé avec les étudiants est l’adaptation des messages préventifs au profil des destinataires, et en particulier à leur âge.

En France métropolitaine,  la plupart des affichages adressés au grand public (c’est-à-dire de manière indifférenciée à tous types de personnes) a été durant toute la pandémie rédigée au moyen de tournures nominales (telles « port du masque obligatoire » ; « 6 personnes maximum ») ou sur le mode impersonnel (verbe à l’infinitif) comme ci-après :

Magasin Nicolas, Paris, le 24 avril 2020 (Corpus FMD)

Sur les vitrines des commerces, le ton est depuis mars 2020 majoritairement technique et procédural. La pratique dominante dans les quartiers centraux de Paris consiste, depuis le début de la pandémie, à photocopier des affichettes officielles tricolores et à les placer bien en évidence pour montrer que l’on est en conformité avec la règlementation, comme ci-dessous :

Bar, Avenue Georges V, Paris, 16 juin 2021 (en place depuis la première vague de l’épidémie, dès mars 2020) – Corpus FMD.

En revanche, dans les transports en commun et espaces de transit, les campagnes de prévention ont pris une tonalité moins distanciée. Dès septembre 2020, les affiches et autres moyens de signalisation ont rapidement misé sur un « nous » plus mobilisateur (parfois associé à « tous » ou à « ensemble ») comme pour responsabiliser le citoyen et renforcer l’idée de communauté.

Station Saint-Lazare, le 16 avril 2021 (en place depuis l’automne 2020), Corpus FMD.

Certains slogans ont même opté pour des échos bibliques, « Protégeons nous les uns les autres » faisant penser à « Aimons-nous les uns les autres ». Les tournures impersonnelles distanciées, plébiscitées par les enseignes commerciales, tout comme l’usage du « nous » plus collectif (dans les espaces communs) sont donc les formes privilégiées de la prévention tous publics confondus. En revanche, les pronoms personnels « je » et « tu », plus rares, sont des points de cristallisation des différences entre publics cibles.

De manière générale, dès qu’on se focalise sur des établissements commerciaux indépendants, les consignes en « je » comme ci-après sont quasiment inexistantes  :

Café Le Grand Saint-Marc, Rouen, le 11/06/2020 (corpus FMD)

A l’inverse, ce mode d’adressage est dominant (mais non exclusif) dans les posters utilisés dans les écoles d’Ile de France, lesquels offrent une déclinaison des gestes barrières en « je », qui favorise l’identification et renforce l’appropriation :

Ecole primaire George Politzer, Champigny/Marne,, nov. 2020, Corpus Asma Najlaoui et Sarra Marouf Araibi

Le graphisme plus coloré que pour les affichages officiels tous publics se révèle très proche des albums de jeunesse. On peut y voir un moyen de toucher plus profondément le public enfant et jeune adolescent. A côté de ces messages en « je », on trouve quelques adressages en « tu »  qui reflètent la pratique du tutoiement spontané des enfants par les adultes. Le tutoiement fonctionne alors comme marqueur d’âge du destinataire des messages sur lequel l’adulte a un ascendant supposé immédiat.

Collège Willy Ronis, Champigny/Marne,, nov. 2020, Corpus Asma Najlaoui et Sarra Marouf Araibi

Il est à noter toutefois qu’à la Réunion les messages destinés aux adultes et au grand public en général peuvent utiliser le tutoiement (en particulier en créole, dont l’usage crée de la proximité). De même, il arrive que les instructions sanitaires incorporent des silhouettes de personnages familiers qui font penser à la bande dessinée.

L’Ermitage-les-Bains, Club de Sport, le 10 novembre 2020 (Corpus Chloé Brocheton et Annabelle Cara

Ces pratiques inhabituelles en Métropole n’excluent pas toutefois, dans les enseignes plus standardisées, le recours à des pictogrammes stylisés, combinés au créole et au tutoiement. On a alors une manifestation langagière du glocal, qui combine couleur locale et commerce intercontinental.

Saint Paul, Monsieur Bricolage, le 26 novembre 2020 (Corpus Chloé Brocheton et Annabelle Cara)

Ces variations entre l’Hexagone et l’Outre-mer montrent que ce qui peut faire signe dans un contexte donné et orienter vers un public adulte ou enfant n’a pas de valeur universelle même si de grandes tendances peuvent être dégagées, en tous points du globe.

En ce qui concerne le contenu même des gestes barrières et surtout le nombre de consignes données,  le public jeune ou enfantin amène quelques spécificités par rapport au public adulte : dans les écoles, les indications sur comment jouer ensemble ou se saluer sont ajoutées à la batterie des gestes standards que l’on trouve dans les commerces et les administrations. Il y a multiplication des conseils préventifs de toutes sortes si bien que les posters comportent jusqu’à 7 ou 8 recommandations. On peut penser que les enfants sont jugés plus imprudents et qu’ils doivent faire l’objet de multiples précautions. Ainsi pour assurer leur protection, on arrive parfois à plus d’une dizaine de gestes à respecter !

Collège Paul Eluard, Garges les Gonesses, nov. 2020, Corpus Asma Najlaoui et Sarra Marouf Araibi

De même, certains espaces académiques comme les bibliothèques ou les résidences universitaires créent des affichages spécifiques, qui excèdent largement la triade mise en avant dans les autres espaces publics.

B.U. des Saints-Pères, le 12/12/2020 (Corpus Mayra castro-Neves et Angeliki Tzoumeka)

Ces spécificités confortent l’hypothèse faite par quelques chercheurs se réclamant de l’analyse des paysages linguistiques (Linguistic Landscapes Analysis) qui jugent nécessaire, à l’image de Kallen (2010) de distinguer entre les espaces commerciaux et les espaces éducatifs et académiques. Pour ces derniers, nous faisons l’hypothèse que la prévention est souvent plus développée. Dans tous les pays et régions lointaines que nous avons pu observer, on remarque, tout comme à Paris, une concentration des affichages préventifs sur les entrées et enceintes scolaires, qui semblent jouer un rôle symbolique de protection accrue.

L’Ermitage les Bains, école primaire, le 21/12/2020
(Corpus Chloë Brocheton et Annabelle Cara)

Kolda, mur d’école élémentaire,  le15/12/ 2020
(Corpus Oumar Balde, photo prise par Anne Fatoumata)

L’ AUTRE MONDIALISATION

Le GRIP vise à explorer l’impact de la mondialisation dans des champs des sciences humaines et sociales qui ne sont pas nécessairement explorés, médiatisés, connus (arts et cultures, musique, santé publique, logiques marchandes, linguistique…). 

La série de dialogues avec certains des membres et chercheurs du GRIP présenté ici parle de cette « autre mondialisation » dont l’étude fait la singularité de l’institut. Les chercheurs interrogés montrent comment leurs lignes de recherche trouvent des échos avec les thématiques du GRIP et explorent les conditions nécessaires pour la consolidation de l’interdisciplinarité et la soutenabilité du GRIP.

Rigas Arvanitis, président du GRIP
Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky, porteuse du projet MoCoMi
Julien Mallet, responsable de l’axe 2 – circulations-
Petia Koleva, membre du GRIP et chercheuse au LADYSS
Valéry Ridde, porteur du projet Hospicovid
Fernanda Beigel, directrice du CECIC

Vidéos montés par Pierre Besombes

Révision des textes par Josselin Dufort

Anthropologies et constructions nationales à partir de Cuba et d’Haïti (1930-1970)

Maud Laëthier, membre du GRIP, présente dans l’article programmatique « Anthropologies et constructions nationales à partir de Cuba et d’Haïti (1930-1970) », écrit avec Kali Argyriadis, les linéaments d’une histoire comparée de l’anthropologie sociale et culturelle de Cuba et d’Haïti en s’intéressant au rôle joué par la discipline dans la construction des identités culturelles des deux pays.

Le propos est d’analyser les processus variables de circulation de personnes, d’idées, de paradigmes, de concepts qui ont engagé des jeux d’influence entre ces « anthropologies nationales » (Gerholm & Hannerz 1982) et les autres (américaines et européennes principalement). Une attention particulière est portée à l’émergence, entre les années 1930 et les années 1970, de réseaux régionaux et transnationaux à la fois scientifiques, politiques, littéraires et artistiques, se réclamant de l’anti-impérialisme, du socialisme ou du communisme.

 Photo: M. Laëthier. Fonds Roland Devauges

Le Tsapiky, une ressource créative et un objet d’étude

L’Institut Français de Madagascar (IFM), l’Alliance Française de Tuléar et l’Alliance Française d’Antsirabe ont organisé un cycle de trois conférences (4 mars, 9 avril et 15 avril 2021) autour du ‘tsapiky’, une musique de la région de Tuléar  (Madagascar). Fortement ancrée dans les pratiques locales, très peu connue en dehors de Madagascar, cette musique est pourtant devenue une ressource créative pour le jeune groupe français Electric Vocuhila. Elle est aussi l’objet d’étude de l’ouvrage : Le tsapiky, une jeune musique de Madagascar, ancêtres cassettes et bals-poussière, Karthala, 2009 de Julien Mallet (chercheur IRD à l’URMIS, responsable de l’axe 2 du GRIP).

https://www.facebook.com/electricvocuhila

Les conférences, organisées autour de notions d’emprunts culturels, d’hybridation, de circulation et sur le projet du groupe Electric Vocuhila sont transmises en direct par visioconférence au public de l’IFM d’Antananarivo, de l’Alliance Française de Tuléar et d’Antsirabe.
En interaction avec les publics, les interventions des ethnomusicologues Julien Mallet, Victor Randrianary et des membres du groupe sont menées respectivement depuis Paris, Bordeaux et Tours. Ainsi, le thème de ces conférences et leur caractère “multisituées” viennent nourrir une réflexion centrale pour le GRIP.  

Voici le lien vers la première conférence

CUBA-HAITI

Engager l’anthropologie

Maud Laëthier, membre du GRIP, vient de publier l’ouvrage collectif Cuba-Haiti. Engager l’anthropologie. Anthologie critique et histoire comparée (1884-1959) avec Kali Argyeiadis, Emma Gobin, Niurka Nunez Gonzales et Jhon Picard Byeon,
présentant, de façon critique, douze textes clés de l’histoire des anthropologies cubaine et haïtienne pour en analyser le développement de manière comparée.

Des années 1880 aux années 1950, au fil des événements qui affectent Haïti et Cuba, il invite à relire tout un pan du récit de l’émergence de ces savoirs nationaux méconnus, saisissant dans leurs effets réciproques histoire de la discipline et histoire des idées politiques. Le lecteur suit ainsi les chemins qui révèlent comment, entre universalisme et particularisme, le regard anthropologique a questionné ces sociétés et les formes d identité et d’altérité qui leur ont été associées.

Anthologie “Sciences Sociales Décentrées”

Le GRIP est ravi d’annoncer qu’il soutient la publication d’une anthologie intitulée « Sciences Sociales Décentrées » sous la direction de Stéphane Dufoix et Marcelo Rosa. En effet, le GRIP considère cette anthologie comme un nécessaire ajout aux publications en sciences sociales de langue française.

Cette anthologie (table de matières ci-dessous) regroupe des textes devenus des classiques dans les sciences sociales, car rédigés par des chercheurs et professeurs « hors d’Occident » qui remettent en cause les multiples facettes de la domination des sciences sociales nord-américaines et européennes.

Les auteurs de ces textes sont aujourd’hui des auteurs de référence en sciences sociales et il est difficile d’imaginer le choc qu’on pu provoquer certaines de ces réflexions qui, pour nombre d’entre nous, sont aujourd’hui des évidences. Stéphane Dufoix et Marcelo Rosa ont réunis plusieurs de ces textes essentiels, devenus des documents de référence dont très peu d’entre eux ont été traduit en français ou sont des textes difficiles d’accès.

Les enjeux de ce décentrement sont nombreux, à la fois épistémiques mais aussi politiques. Tout d’abord, il faut que le lecteur puisse connaître les arguments de ces auteurs et construire une histoire des sciences sociales qui tienne compte de ce formidable décentrement, de cette provincialisation de l’Europe et des Etats-Unis. En France, ce débat a été caricaturé à l’envi, et cela est sans aucun doute lié à la vision universaliste de la science et de la pensée des lumières: le pays des Lumières ne semblait pas pouvoir accepter ces critiques. Pourtant la lecture des textes ne révèle pas le rejet de la pensée des lumières mais bien au contraire des propositions pour s’appuyer sur les réalités concrètes que les sciences sociales rencontrent dans leurs propres pays. Un second enjeu épistémique nous concerne tous, et fait partie de l’agenda du GRIP : comprendre la circulation des connaissances et la façon dont elle a permis de critiquer un projet modernisateur uniformisant. Faire avancer ce questionnement consiste à écouter les visions épistémiques alternatives. Cela implique, aussi, de proposer aux étudiant.e.s et aux chercheur.e.s les textes qui pour la grande majorité, sont soit inaccessibles en français, soit largement oubliés ou méconnus.

Le GRIP, en tant que plateforme d’échanges et de synergies entre chercheurs en sciences sociales autour de la globalisation, peut ainsi accompagner cette réflexion et cette ouverture de la recherche en science sociale mondiale aux voix venues des pays du Sud et aller au-delà de la seule dénonciation de l’hégémonie occidentale en proposant des pistes pour un recherche véritablement globale.

Cosmopolitan empowerments and biographical trajectories among young french fans of Hallyu

Vincenzo Cichelli and Sylvie Octobre have recently published their last work in Culture and Empathy journal. We are sharing here the abstract of the article and you can access to the full-text as well.

What happens in terms of reception when new players become global cultural leaders within a few years, as it is the case with South Korea? While research has attempted to provide answers to this question using both quantitative and qualitative investigations on the reception of Hallyu in East Asia, Middle East or Americas and Europe, mainly discussing its “Koreanness” or hybrid nature, there are still very little research and publications in France on the topic. This is paradoxical as France is a choice ground for understanding how this cultural wave meets success in a country without a related diaspora nor prior cultural proximity with the country of production. This article aims to break ground the passion of young French people for the Hallyu, within the broader framework of an analysis of the contribution of the “consumption of difference” (Schroeder 2015) — i.e., the consumption of products of global cultural industries — to the formation of the self through the new figure of the “cosmopolitan amateur” (Cicchelli and Octobre 2018).

Therefore, we first look — with the help of 74 in-depth interviews with young people from the Île-de-France region (France) aged between 18 and 31 — at the cosmopolitan skills acquired through the consumption of Korean products, distant from the culture of the interviewees, and the empowerment they nurture. Then, we look at the uses of this empowerment to construct a biographical trajectory. Finally, we focus on K-pop and K-dramas, which are the most consumed Korean products in France and constitute Hallyu’s original core.

This alternative cultural globalization, which takes the form of a real challenge to the large Western cultural industry, particularly in the United States, constitutes a material of choice for understanding:

a) the cosmopolitan apprenticeships linked to the consumption of cultural goods, produced in a country with rare historical links and no cultural proximity with France audiences (this amateurship produces skills related to the consumption of Hallyu products, such as a knowledge of the landscapes, history, mores and urbanity, and language)

b) and how young people use these cosmopolitan resources to build their biographical trajectories (the empowerment through Hallyu).

Bibliography

Cicchelli, V. and Octobre, S. 2018, Aesthetico-Cultural Cosmopolitanism and French Youth. A Taste of the World. London: Palgrave.

Schroeder, J. E. 2015. “Communicating Identity/Consuming Difference.” Consumption Markets & Culture 18(6): 485-489.

Journée de lancement du GRIP: premiers pas de l’Institut

Malgré les contraintes qu’impose le coronavirus et la Covid-19 (d’où le sous titre “An 1 de l’ère Covid” de cette journée) , le GRIP a mené sa première journée de travail publique ce jeudi 26 Novembre. Après une matinée consacrée à des expériences vécues autour de la Covid-19, nous avons eu trois sessions d’échanges autour de chacun des axes de notre Institut.

Voir ici le programme de la journée:

La journée a été introduite par M. Edouard Kaminski, vice-président Recherche d’Université de Paris et M. Mathieu Arnoux, Vice-doyen Recherche et Président de la Commission Recherche de la Faculté Sociétés et Humanités et Rigas Arvanitis, président du GRIP et directeur du Ceped.

Prochainement, nous publierons un compte-rendu des débats qui ont permis de mieux cerner les enjeux de ce que nous appelons la recherche mondiale. L’effort mené ici est de rassembler des recherches dispersées au sein de notre Université, d’activer la puissance de nos partenariats à l’étranger et de formuler des orientations originales qui engagent nos plus jeunes enseignants-checheur.e.s, étudiant.e.s et partenaires.

Prochainement, en se basant sur ces réflexions initiales,

le GRIP lancera divers projets de recherche.

Affiche de la journée de lancement du GRIP

Vivre et construire le droit à la ville: expériences du Sud

Marianne Morange et Amandine Spire, membres du GRIP ont récemment contribué à cet ouvrage, en ligne avec la thématique de l’axe 1 – Citadinités Globales-.

Cet ouvrage propose une perspective originale sur le droit à la ville, ce triple objet mal identifié, à la fois objet de recherche, étendard des luttes contre le néolibéralisme, et instrument de gouvernement. S’inspirant des appels à un tournant sudiste (Southern turn) dans la théorie urbaine, il donne à voir la diversité des appropriations de la notion de droit à la ville par des chercheurs spécialistes des questions urbaines au Sud. De ce décalage de regard par les Suds, il ressort que le droit à la ville rime aujourd’hui fortement avec une demande d’inclusion économique, sociale et spatiale dans la société urbaine, voire une demande de droit à « être gouverné ». Dans le prolongement des travaux inspirés par la notion de citadinité, le droit à la ville est donc exploré ici en tant que programme critique pour interroger la dimension politique d’expériences de vie citadines fondées sur des demandes ou des attentes de reconnaissance.

Écrits par des auteurs issus des pays du Nord ou du Sud, en anglais ou en français, les textes rassemblés offrent des analyses portant sur douze villes du Sud et sur trois continents, mettant ainsi en lumière la grande diversité des formes de demande de droits formulés en rapport avec la condition urbaine. Chaque contribution repose sur des études de cas originales, empiriquement documentées, qui permettent d’ancrer la réflexion dans l’observation des pratiques concrètes des citadins et des modalités de leurs rapports à l’État.

En reliant expériences quotidiennes de la vie urbaine, attentes ou demandes de reconnaissance des citadins par l’État et rationalités de gouvernement, cet ouvrage souhaite ainsi contribuer à renforcer la portée analytique du droit à la ville, au Sud comme au Nord, dans une perspective à la fois émancipatrice et concrète.

Ont contribué à l’ouvrage : Carole Bignon, Eva Camelli, Aba Crentsil, Sven Da Silva, Anna Dewaele, Silvia Jorge, Pieter de Vries, Carla Fainstein, Monique Figueira, Myriam Houssay-Holzschuch, Ayité Claude Mawussi, Salifou Ndam, George Owusu, Isabel Raboso, Valeria Laura Snitcofsky, Mahima Taneja, Philippe Urvoy et Claudia Zamorano Villarreal.