Archives de catégorie : Transversal

SERIE II-DIALOGUES 5/6 ET 6/6 L’AUTRE MONDIALISATION

Le GRIP a organisé une nouvelle série de six dialogues avec certains des membres et chercheurs du GRIP pour parler de cette « autre mondialisation » dont l’étude fait la singularité de l’institut.

Les chercheurs interrogés montrent comment leurs lignes de recherche trouvent des échos avec les thématiques du GRIP et partagent leur avis sur la place des Suds Globales dans cette dynamique de la mondialisation.

SERIE II-DIALOGUES 3/6 ET 4/6 L’AUTRE MONDIALISATION

Le GRIP a organisé une nouvelle série de six dialogues avec certains des membres et chercheurs du GRIP pour parler de cette « autre mondialisation » dont l’étude fait la singularité de l’institut.

Les chercheurs interrogés montrent comment leurs lignes de recherche trouvent des échos avec les thématiques du GRIP et partagent leur avis sur la place des Suds Globales dans cette dynamique de la mondialisation.

SERIE II – dialogues 1/6 et 2/6 L’autre mondialisation

Le GRIP a organisé une nouvelle série de six dialogues avec certains des membres et chercheurs du GRIP pour parler de cette « autre mondialisation » dont l’étude fait la singularité de l’institut.

Les chercheurs interrogés montrent comment leurs lignes de recherche trouvent des échos avec les thématiques du GRIP et partagent leur avis sur la place des Suds Globales dans cette dynamique de la mondialisation.

APPEL a contributions – date limite 30 septembre 2022

Le GRIP lance un nouveau appel à contributions pour l’ouvrage: The Fields of the Global (Brill, 2024). La date limite pour les soumissions est le 30 septembre 2022!

Calendrier

Appel à publication: mars 2022

Soumission des propositions (500 mots maximum) : septembre 2022

Réponse aux auteurs : décembre 2022

Premières versions des chapitres (8000 mots maximum) : mai 2023

Remarques aux auteurs : juillet 2023

Deuxième version des chapitres : décembre 2023

Soumission du manuscrit à Brill : printemps 2024

Date de publication : automne 2024

Contact: thecraftofsocialscientists@gmail.com

PUBLICATION D’OUVRAGE: UNE JEUNESSE CRISPEE

Couverture de l’ouvrage édité par l’Harmattan : Logiques Sociales

La longue suite de crises globales (économiques, migratoires, sociales, sécuritaires et politiques) que traverse la France depuis le début des années 2000 a profondément bouleversé le lien social et eu un impact sur la façon dont la jeunesse conçoit le vivre ensemble. Face au creusement des inégalités, à la perte de confiance dans les institutions démocratiques, à la montée en puissance du communautarisme, à la crise du modèle républicain et au retour du nationalisme, cette génération est plus que jamais en quête d’un récit qui unirait les Français par-delà leurs divisions de genre, d’origines sociales et ethniques. Cet ouvrage alerte sur les crispations des jeunes et invite les adultes (décideurs, responsables politiques, éducateurs, parents) à leur proposer un récit du vivre ensemble renouvelé, avant que leurs inquiétudes ne s’expriment dans les urnes.

Appel à la publication – DATE LIMITE 30 septembre 2021

L’appel à la publication pour l’ouvrage: The Craft of the Social Scientist in the Global Arena (Brill, 2023) approche la date limite pour les soumissions. Le 30 septembre 2021 est le dernier jour pour envoyer vos propositions!

Calendrier

Appel à publication: mars 2021

Soumission des propositions (500 mots maximum) : 30 septembre 2021

Réponse aux auteurs : 15 novembre 2021

Premières versions des chapitres (5000/7000 mots maximum) : début juin 2022

Remarques aux auteurs : fin septembre 2022

Deuxième version des chapitres : fin décembre 2022

Soumission du manuscrit à Brill : printemps 2023

Date de publication : automne 2023

Contact: thecraftofsocialscientists@gmail.com

Lancement du GRIP – 2020

Aux confins de la mondialisation? An 1 de l’ère Covid ?

L’institut a organisé le 26 novembre 2020 une journée de lancement.

La première partie de la journée a été organisée en une table ronde autour de la Covid et la globalisation. La deuxième partie de la journée a mis le focus à la présentation des axes de recherche du GRIP.

Un résumé de la journée enregistrée est présenté au travers des liens qui suivent:

L’ AUTRE MONDIALISATION

Le GRIP vise à explorer l’impact de la mondialisation dans des champs des sciences humaines et sociales qui ne sont pas nécessairement explorés, médiatisés, connus (arts et cultures, musique, santé publique, logiques marchandes, linguistique…). 

La série de dialogues avec certains des membres et chercheurs du GRIP présenté ici parle de cette « autre mondialisation » dont l’étude fait la singularité de l’institut. Les chercheurs interrogés montrent comment leurs lignes de recherche trouvent des échos avec les thématiques du GRIP et explorent les conditions nécessaires pour la consolidation de l’interdisciplinarité et la soutenabilité du GRIP.

Rigas Arvanitis, président du GRIP
Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky, porteuse du projet MoCoMi
Julien Mallet, responsable de l’axe 2 – circulations-
Petia Koleva, membre du GRIP et chercheuse au LADYSS
Valéry Ridde, porteur du projet Hospicovid
Fernanda Beigel, directrice du CECIC

Vidéos montés par Pierre Besombes

Révision des textes par Josselin Dufort

Sur la stratégie Covid-19: crise sanitaire et contrôle social

Nous avons demandé à notre collègue Dominique Desjeux, professeur émérite de l’Université de Paris de nous proposer un article sur l’épidémie de Covid-19 concernant les mesures prises pour contrôler l’épidémie. Le professeur Desjeux a une longue expérience et plusieurs projets réalisés Chine et son regard anthropologique, nourri d’une longue expérience de terrain sur plusieurs continents nous a semblé pertinent.  En prévision des futurs échanges au sujet de l’épidémie que nous aurons au GRIP, nous livrons cet article – plus long que ceux habituellement proposés sur notre carnet – qui amorce le  débat.

Stratégie COVID-19 : Une société peut-elle exister sans contrôle social tout en garantissant la sécurité de ses membres ?

Dominique Desjeux, anthropologue, Professeur émérite, Ceped, Université de Paris et IRD

Le 13 mars 2020, Benjamin J. Cowling et Wey Wen Lim publient dans le New York Times International un article sous le titre « Voilà comment ils ont contenu le Coronavirus. » Le développement de l’épidémie est en train de s’accélérer en Europe et aux États-Unis. Au même moment, à mi-mars, en Chine l’épidémie ralentit, mais au prix de mesures draconiennes. Pour les deux journalistes, des pays comme Taiwan, Singapour et Hong Kong ont abouti aux mêmes résultats avec des méthodes apparemment moins intrusives que celles de la Chine. Les régimes démocratiques sont donc supposés avoir mieux freiné la diffusion du coronavirus que les régimes autoritaires. Mais est-ce que cela s’est vraiment passé sans un fort contrôle social ? 

La stratégie radicale du gouvernement chinois

Pour les deux épidémiologistes, le gouvernement chinois, à la fin de janvier 2020, a mis en place des mesures de distanciation physique et de confinement tout à fait inhabituelles. Une ville comme Wuhan a été complètement confinée. Une partie des transports a été fortement limitée. On a construit de nouveaux hôpitaux en quelques jours. La capacité des laboratoires à tester les malades a été rapidement augmentée. Les personnes qui ont été testées positives, mais avec peu de risque d’infection ont été envoyées en quarantaine dans des hôtels reconvertis pour les accueillir.

Au départ, la plupart des habitants de Wuhan, et des principales villes affectées, devaient rester à la maison, comme en Italie un peu plus tard et la France peu de temps après. Les écoles et les entreprises vont rester fermées bien au-delà de la fête du Printemps du 25 janvier 2020, le début de l’année du rat[1]. Finalement, près de 60 millions de personnes ont été mises en confinement dans la province du Hubei, dont Wuhan en est la capitale, jusqu’à mi-avril.

Le 3 mars le NYT décrivait ce que l’on appelle en Chine le « Code de santé Alipay », mis en place dans 200 villes et géré par la plus grosse société de e-commerce chinoise Alibaba, l’équivalent d’Amazon. Avant de rentrer dans un lieu public, comme un super marché ou un métro, un contrôleur scanne le QR code. S’il est vert, la personne peut entrer. S’il est jaune, la personne doit rentrer à la maison. S’il est rouge, la personne doit être mise en quarantaine. D’après le NYT, 98,2 % des personnes ont un QR code vert, soit un million de personnes en jaunes ou rouges. La plupart des personnes sont surveillées dans les moyens de transport et les nombreux points de contrôle dans l’espace public et résidentiel. Une grande partie des Chinois sont donc géolocalisés.

D’après le NYT, cette application est potentiellement reliée à la police. J’ajoute, mais sans élément d’information suffisant pour le moment, qu’il faudrait regarder si elle n’est pas liée à la reconnaissance faciale, qui est aussi développée en Chine qu’aux États-Unis[2], au recueil systématique de l’ADN des hommes en Chine et au contrôle des Ouïghours.

Les deux journalistes pensent que « le confinement et les quarantaines forcées à cette échelle, de même que la nature de certaines méthodes comme le recueil des informations de localisation sur le téléphone mobile et les technologies de reconnaissance faciale pour tracer le mouvement des gens ne peut pas être facilement reproduite dans les autres pays et spécialement dans les pays démocratiques où les institutions protègent les droits des individus. » Cette affirmation ne va pas de soi, car autant il parait possible de comparer les régimes démocratiques avec les régimes autoritaires par rapport aux libertés individuelles et de circulation de l’information, pour dire que les régimes autoritaires laissent beaucoup moins de liberté individuelle et de liberté d’informations contradictoires, autant je ne suis pas sûr qu’il soit possible de mesurer l’efficacité économique ou technique d’une société en fonction de son régime politique.

Suivant les problèmes à résoudre, il n’est pas assuré que la Chine soit moins efficace que les États-Unis ou l’Europe et vice versa. Il n’est pas sûr qu’il existe un lien direct entre le « vice autoritaire » ou la « vertu démocratique » des acteurs et leur capacité à résoudre les problèmes. La force, historiquement datée, de l’occident lui vient probablement plus de sa capacité à avoir utilisé en premier, au 18e siècle, l’énergie charbonnière pour la transformer en puissance industrielle, commerciale et militaire que de son régime démocratique encore en émergence à l’époque.

Il parait plausible qu’une des raisons de la diffusion de l’épidémie à travers le monde à partir de Wuhan soit liée au fait d’avoir caché l’information pendant plusieurs semaines. La première étape du processus ne joue donc pas en faveur des régimes autoritaires. En revanche la suite du processus peut leur être plus favorable. Cela ne nous empêche pas de préférer les régimes démocratiques où il y a plus de liberté et plus de circulation d’informations contradictoires, mais jusqu’à quand si la menace sanitaire devient trop forte, ce qui reste très incertain en septembre 2020, quatre mois après cette première analyse.

Les stratégies « moins autoritaires » de Hong Kong, Taiwan et Singapour, mais très intrusives par rapport à la vie privée

La conclusion de l’article du NYT est que ces trois pays ont réussi à bloquer la chaîne de diffusion de l’épidémie avec des mesures moins drastiques que celle de la Chine. Il leur a fallu d’abord stopper la chaîne de diffusion de la pandémie, en « traçant » les malades soit par des tests, soit par leur température et grâce éventuellement à un contrôle électronique comme les caméras de vidéosurveillance ou des données plus privées de santé. La traçabilité permet de reconstruire le réseau social d’interactions avec d’autres personnes qui sont potentiellement malades. En fonction de l’intensité de la maladie, les personnes sont mises en quarantaine ou envoyées à l’hôpital. Au niveau individuel, casser la chaîne de la contagion demande de développer des pratiques de distanciation physique, de porter un masque et de se laver les mains. Dans un pays démocratique, la contrainte de surveillance électronique pour garantir la traçabilité parait moins nécessaire que dans un pays autoritaire. Mais, partout, le contrôle social apparaît comme une des variables cachées qu’il faut réintroduire dans l’explication de l’endiguement de la maladie.

Les gouvernements asiatiques ont durci leurs premières mesures. Ils imposent des quarantaines strictes. Plusieurs interdisent les vols en provenance des pays touchés. À Singapour, par exemple, on demande aux citoyens qui reviennent au pays de partager leurs données de localisation par téléphone pour prouver aux autorités qu’ils sont bien en quarantaine. Au Vietnam, pays lui aussi très peu touché, a adopté une stratégie « low cost » (comme l’appelle Raphaël Chaponnière) qui s’appuie sur la mobilisation sociale et une culture de l’encadrement et de la surveillance, et en utilisant aussi les réseaux sociaux. Ainsi, une jeune femme de retour au pays après un voyage en Europe a été publiquement mise à l’index sur les réseaux sociaux pour n’avoir pas suivi les instructions du gouvernement. Le Vietnam a aussi interrompu les vols avec la Chine dès janvier. À Taiwan un homme qui n’a pas respecté la quarantaine alors qu’il avait voyagé, a reçu une amende d’à peu près 1000 €. À Hong Kong une adolescente de 13 ans qui portaient un bracelet électronique pour surveiller qu’elle était bien en quarantaine a été surprise dans un restaurant. Elle a été filmée. La vidéo a été mise en ligne afin de lui faire honte, de lui faire « perdre la face » comme on dit en chinois. Entre mi-mars et début avril 2020, à Hong Kong tous les résidents qui reviennent sont testés systématiquement à leur arrivée. « Pendant les 14 jours de quarantaine à la maison ils portent un bracelet électronique et leurs mouvements sont surveillés par une application sur leur Smartphone. [Le chef exécutif de Hong Kong] Madame Lam a annoncé que plus de 200 000 personnes avaient été mises en quarantaine à la maison. »

En Chine, toutes les personnes qui retournent chez elle sont mises en quarantaine pendant 14 jours dans des hôtels choisis par le gouvernement. « Ils doivent tous les jours communiquer par Wechat [une application de SMS et à usage multiple], leur température au comité de quartier. » Cela rappelle les années 1980 en Chine, au moment de la mise en place du contrôle de naissance, où les femmes devaient tous les mois déclarer au comité de quartier de leur résidence qu’elles avaient bien leurs règles.

À Taiwan, le gouvernement a mis en place un système de géolocalisation par téléphone. Si les personnes ferment leur téléphone, la police vient vérifier qu’elles sont bien en quarantaine. À Singapour, une personne de 53 ans qui n’avaient pas respecté la quarantaine s’est vue retirer son passeport.

La force d’attraction d’un imaginaire « anarchiste » d’une société sans contrôle social

La gestion de la pandémie pose de façon frontale la question de la sécurité sanitaire et du contrôle social. Tout au long de mes enquêtes en Europe, en Afrique, en Asie ou en Amérique depuis 50 ans[3], j’ai constaté que la contrainte était un mécanisme inhérent au fonctionnement de toute société, qu’elle soit lignagère, autoritaire ou démocratique. Ce qui varie en fonction des périodes de l’histoire, de la diversité des institutions et des stratifications sociales, c’est l’intensité de la domination, la forme du champ de force ou la configuration des relations de pouvoir. La variabilité de la contrainte n’évolue pas de façon linéaire. Les années 1960, en Europe de l’Ouest, ont été moins contraignantes que les années 2000, au moins sur le plan des mœurs et du contrôle technologique. À l’inverse, depuis 20 ans, la contrainte remonte avec la digitalisation de la société, qu’elle soit « libérale » ou autoritaire.

Finalement, il ne semble pas exister de société sans contrôle social, sans tension sociétale et sans remise en cause permanente de la distribution des pouvoirs. Il n’y a pas de paradis perdu, à l’inverse des thèses érudites et souvent subtiles, défendues par « l’anthropologie anarchiste » depuis Pierre Clastre et Marshall Salhins jusqu’à Homo Domesticus de James C. Scott (2019) et Graeber (2018) Pour une anthropologie anarchiste ou Bureaucratie (2015). Elles font remonter les « malheurs » du monde à l’arrivée de l’État entre le Tigre et l’Euphrate, il y a 5 500 ans. Ce faisant elles enchantent l’histoire au nom d’un monde merveilleux pré-étatique tout en « oubliant » que Sapiens a probablement éliminé Neandertal par la violence[4].

Il y a contrainte dès qu’il y a traçabilité généalogique, policière ou sanitaire que cette traçabilité soit numérique ou prénumérique. La traçabilité permet la mise en place de normes sociales qui portent sur ce qu’il est interdit, permis ou prescrit de faire, comme se confiner, porter un masque, se faire tester, se faire contrôler, être mis en quarantaine, être géolocalisé. Les normes sont encastrées dans toute une série de variables et de contraintes matérielles, sociales et symboliques dont le poids varie en fonction des appartenances sociales, générationnelles, culturelle et de genre. Le Covid19, par exemple, parait plus toucher, dans le monde, les personnes âgées, les populations pauvres ou les communautés afro-américaines . Les morts de la grippe dite « espagnole », de 1918-1919 ont été plus nombreux chez les jeunes de 20 à 40 ans en plus des très jeunes et des très vieux[5].

L’histoire des sociétés est celle d’une tension permanente entre sécurité et liberté, une lutte perpétuelle pour contrôler les marges de manœuvre des acteurs sociaux les uns par rapport aux autres. C’est une lutte inégale qui ne justifie aucun ordre établi, mais dont tout changement aboutit à un nouvel ordre de contraintes que ce soit au nom de la justice, de la liberté ou de la sécurité sanitaire, alimentaire, civile, énergétique ou militaire. Plus la sécurité collective augmente, plus les libertés individuelles diminuent.

Conclusion

Dans les sociétés lignagères, c’est-à-dire sur la base de familles élargies, Congolaise, sur laquelle j’ai travaillé dans les années 1970, le contrôle social est fort, grâce à un système de contrôle symbolique magico-religieux très contraignant, la « sorcellerie ». En contrepartie, le système de parenté est censé garantir l’accès de tous les paysans à la terre et donc la survie et la sécurité alimentaire de chaque famille. La crise sanitaire est un analyseur des relations de pouvoir et du fonctionnement des systèmes politico-administratifs qui doivent en permanence arbitrer entre sécurité et liberté. Les technologies numériques sont en train de remplacer en milieu urbain les contrôles magico-religieux des sociétés agraires.

Les Échos du 1 avril titraient en page 9, dans l’analyse de la rédaction : « Confinés ou tracés, faudra-t-il choisir ? » La protection des données personnelles est menacée par la traçabilité qui conditionne la sécurité sanitaire grâce au suivi qu’elle permet. Techniquement, tout est déjà en place, de la reconnaissance faciale à la géolocalisation et au bracelet électronique que ce soit aux États-Unis, en Europe ou en Chine.

Cette situation rappelle la fable de La Fontaine du loup et du chien. Un loup efflanqué rencontre un chien gros et gras. Il lui demande ce qu’il faut faire pour arriver à cette félicité. Peu de chose répond le chien gros et gras. Mais « chemin faisant, il vit le col du Chien pelé. Qu’est-ce là ? lui dit-il. Rien. Quoi ? rien ? Peu de chose. Mais encor ? Le collier dont je suis attaché, de ce que vous voyez en est peut-être la cause. Attaché ? dit le Loup : vous ne courez donc pas où vous voulez ? […] Cela dit, maître Loup s’enfuit, et court encor. »

Paris le 28 aout 2020

[1] Au moment de la fête du Printemps, le Nouvel An chinois, des centaines de millions de Chinois se déplacent à travers la Chine. C’est un grand moment de mobilité et donc de risque d’extension de la maladie. cf. un dataviz, données visualisées, du NYTI du 22 mars sur l’expansion de la maladie, « How the Virus got out », communiqué par Rigas Arvanitis, sur son site.

[2] Cf. le NYTI du 21 janvier 2020 à propos de Clearview AI, aux Etats Unis, « L’application secrète qui pourrait mettre fin à la vie privée. »

[3] Desjeux D., 2018, L’empreinte anthropologique du monde, Peter Lang

[4] Yuval Noah Harari, 2015, Sapiens. Une brève histoire de l’humanité, Albin Michel

[5] Laura Spiney, 2017, Pale Rider. The Spanish Flue of 1918 and How it Changed the World, Jonathan Cape