L’Europe comme projet cosmopolitique

Dans cet entretien (sur cosmocene.eu), Vincenzo Cicchelli revient sur la notion de cosmopolitisme comme praxis inclusive dont il circonscrit les contours au-delà de l’instrumentalisation dont elle est l’objet. Il s’intéresse ensuite à la jeunesse européenne dans le cadre de ce qu’il appelle la socialisation cosmopolite, et aborde enfin le projet européen comme projet cosmopolitique.

Entrevoir le projet européen comme projet cosmopolitique semble aujourd’hui moins susciter de recherches et d’intérêt que par le passé alors que l’euroscepticisme progresse, pourtant, c’est bien à l’Europe d’offrir un cadre institutionnel pour que se déploie le cosmopolitisme éthique et politique sans que cette responsabilité ne repose sur les épaules des seuls individus. C’est là qu’il faut agir pour achever le projet européen car “comment demander à un individu qui est déclassé en termes de trajectoire sociale et professionnelle, qui se pense comme perdant de la mondialisation, d’être cosmopolite sur le plan éthique et politique si les Etats ne mettent pas en place des politiques qui permettent aux individus de se libérer de ce fardeau ?”

Interview de Vincenzo Cicchelli par Trémeur Denigot: https://cosmocene.eu

Un appel à projet sur COVID et sciences sociales de l’Université de Paris

L’Université de Paris a lancé un appel à projets pour les sciences sociales (appel Covid-19 Axe 3). Il concerne toutes les unités de recherche de l’Université de Paris (volet 1) et les équipes et partenaires hors de l’UP (volet).

Thématiques proposées par l’appel à projets:


Thème 1 : Sociétés confinées
Effets psychosociaux, sociaux, économiques : ségrégations et précarités.
Apprentissages à distance, modalités et modes d’appropriation.
Langues, langages, imaginaires et récits du confinement : les mots pour dire la crise.
Nouvelles technologies ; quelle place pour l’intelligence artificielle ?
Circulation des savoirs et des informations, médias ; médiatisation.
Familles, groupes, liens.
Conditions confinées : identités, éducation, droits, inégalités, violences, stratégies de survie, émotions.
Territoires confinés : géographies, cartographies, mobilités.
Les salarié∙e·s non-confiné·e·s : exclusions et privilèges, perceptions et effets de la notion d’ « utilité sociale ».
Expériences et vécus des soignant∙e·s, à l’hôpital et en dehors, et des professionnels en milieu hospitalier en général.
Etc.
• Thème 2 : Un nouveau monde ?
Sortir du confinement : transformations durables et réajustements à court terme (temporalités, phénomènes de résilience, budgets, …).
Reconstruire la société, l’économie ; repenser les mobilités, transferts et migrations.
Politiques de la pandémie : gestion de crise, états d’urgence, discipline, civisme, rébellions. Géopolitiques de la pandémie : orient/occident, nord/sud, …
Structures de production et monde du travail : entreprises (transformations, adaptations), transformations du salariat, statuts et emploi ; relocalisations ; un système technique en évolution ?
Du producteur au consommateur, nouvelles attentes, nouveaux circuits ?
Institutions sociales, services publics et structures d’assistance : émergences, renaissances ou crépuscules ?
Interagir dans un monde post-confinement : corps isolés, masqués, voilés, distanciés, éloignés… Reconfiguration des solidarités publiques et privées (intergénérationnelles par exemple).
Les hôpitaux publics : modes de gouvernance, formes de reconnaissance des personnels, réorganisations internes, évolution des conditions de travail, droits des patient·e·s.
Etc.
Thème 3 : Ruptures, crises, transitions
tablir les faits et leur donner sens : big data, modèles d’interprétation et modélisation prospective, enquêtes ; données scientifiques et données étatiques ; protection des données. Le savant, le militant et le politique.
Discours de ruptures et de transitions.
Comparaisons d’expériences : données, mémoires, récits, …
Sorties de crises (psychiques, économiques, écologiques).
Gouverner et réformer : gestion et décisions politiques, instruments, échelles d’intervention, cadre juridique, contre-pouvoirs.
Pandémies et environnement : mesures, échelles d’analyses, prospective.
La technologie : ressource ou contrainte ? Acceptée ou imposée ?
Les établissements de santé publics dans l’offre globale de soins : financement, articulation public / privé.
Transformations des pratiques de recherche.
Etc.


Ci-dessous les documents qui ont été fournis par la direction de la recherche de l’Université (DRIVE) à la Faculté Sociétés et Humanités : projets.recherche.sh@u-paris.fr

Pour rappel, les deadlines de soumission sont :
 – pour les dossiers du volet 1 : le 15 septembre  à midi,
 – pour les lettres d’intention du volet 2 : le 8 septembre à midi
 – pour les dossiers complets du volets 2 : le 1er décembre à midi.

« Fermeture pour cause de pandémie » – Appel pour une recherche globale et participative

« Fermeture pour cause de pandémie » : de l’analyse du repli des langues étrangères en période de confinement à une recherche globale et participative

par Florence Mourlhon-Dallies

S’occuper dans un rayon d’1km en période de confinement COVID n’est pas chose aisée quand on a l’habitude de mener des recherches de terrain et de marcher plusieurs heures par jour. Heureusement, la pratique de recherche qui consiste à photographier les écriteaux, affiches, graffitis et panneaux dans l’espace public urbain nous a permis de rebondir.

En nous inspirant de la Linguistic Landscape Analysis (Analyse des Paysages Linguistiques), nous avons pu réunir entre avril et mai  2020 un ensemble de 450 photographies d’affichettes et annonces de fermeture de commerces pour cause de pandémie, dans le périmètre de la gare Saint-Lazare à Paris. Cet ensemble photographique testimonial de l’épisode COVID-19 ouvre de nombreuses perspectives de recherche.

En parcourant tous ces clichés pendant ce mois de mai, nous avons pu y voir :

  • Un certain reflux de l’adressage en langues étrangères dans cette période « sans touristes », alors que l’espace public parisien est d’ordinaire traversé de multiples langues ;
Paris, Grands magasins, boulevard Haussman – 4/04/2020
  • Une grande créativité quant aux supports des annonces de fermeture (page arrachée d’un carnet, dessin sophistiqué, set de table bistrot, panneau électronique) ;
  • Une très grande variabilité discursive dans la mise en mots de l’interdiction de rester ouverts tout comme dans la formulation de l’incertitude à propos de la durée de la fermeture ;
Le 2/05/2020. Un restaurant hawaïen qui joue sur le graphisme de la chaîne (Ma’loa) – rue de Clichy, 9ème.
Présence de plusieurs langues.
  • Une panoplie d’arguments récurrents tendant à justifier la situation ou à la rendre plus tolérable (dont celui de la préservation de la santé) ;
Le 11 /04/2020, 3 rue du Havre, la chaîne HEMA, très tournée vers ses …employés !
  • A enfin émergé une sorte de poétique du confinement, ce que nous avons appelé « l’effet Pompéi », comme si l’activité s’était brusquement stoppée, laissant offertes aux yeux de tous des traces de l’ancienne vie (panneaux du premier tour des élections municipales, campagnes promotionnelles des grands magasins ayant lieu en mars, invitation à faire la fête alors que les regroupements étaient interdits).

On voit là que la Linguistic Landscape Analysis est bien plus qu’un sous-courant de la sociolinguistique urbaine. La prise de clichés photographiques, notamment en période de crise, permet d’orienter la recherche en direction de multiples disciplines : multilingual studies, sémiotique, mercatique (avec l’analyse des politiques de marques et de la relation client), géographie sociale au travers de l’étude des écrits-icônes urbains selon les quartiers. Plus évidents encore sont les liens avec l’analyse du discours dans son volet argumentatif. Enfin, une forme de poétique de la ville, pouvant donner lieu à des prolongements plus artistiques, émerge au fil des clichés d’un monde à l’arrêt.

Convaincue de la richesse du premier corpus récolté,  nous lançons maintenant, avec le soutien du GRIP et de tous ses partenaires, un appel à recherche participative, pour étendre la pratique photographique dans les pays encore confinés, et particulièrement les pays du Sud. L’appel en question figure juste à la fin de ce billet.

D’autres billets suivront, diffusés dans le présent carnet. Ils mettront davantage l’accent sur certains axes de recherche possibles, en développant les ancrages notionnels et bibliographiques qui conduisent l’interprétation. En attendant, nous livrons un bouquet de citations et quelques photographies, permettant de s’imprégner de l’esprit dans lequel nous avons travaillé.