Sur la stratégie Covid-19: crise sanitaire et contrôle social

Nous avons demandé à notre collègue Dominique Desjeux, professeur émérite de l’Université de Paris de nous proposer un article sur l’épidémie de Covid-19 concernant les mesures prises pour contrôler l’épidémie. Le professeur Desjeux a une longue expérience et plusieurs projets réalisés Chine et son regard anthropologique, nourri d’une longue expérience de terrain sur plusieurs continents nous a semblé pertinent.  En prévision des futurs échanges au sujet de l’épidémie que nous aurons au GRIP, nous livrons cet article – plus long que ceux habituellement proposés sur notre carnet – qui amorce le  débat.

Stratégie COVID-19 : Une société peut-elle exister sans contrôle social tout en garantissant la sécurité de ses membres ?

Dominique Desjeux, anthropologue, Professeur émérite, Ceped, Université de Paris et IRD

Le 13 mars 2020, Benjamin J. Cowling et Wey Wen Lim publient dans le New York Times International un article sous le titre « Voilà comment ils ont contenu le Coronavirus. » Le développement de l’épidémie est en train de s’accélérer en Europe et aux États-Unis. Au même moment, à mi-mars, en Chine l’épidémie ralentit, mais au prix de mesures draconiennes. Pour les deux journalistes, des pays comme Taiwan, Singapour et Hong Kong ont abouti aux mêmes résultats avec des méthodes apparemment moins intrusives que celles de la Chine. Les régimes démocratiques sont donc supposés avoir mieux freiné la diffusion du coronavirus que les régimes autoritaires. Mais est-ce que cela s’est vraiment passé sans un fort contrôle social ? 

La stratégie radicale du gouvernement chinois

Pour les deux épidémiologistes, le gouvernement chinois, à la fin de janvier 2020, a mis en place des mesures de distanciation physique et de confinement tout à fait inhabituelles. Une ville comme Wuhan a été complètement confinée. Une partie des transports a été fortement limitée. On a construit de nouveaux hôpitaux en quelques jours. La capacité des laboratoires à tester les malades a été rapidement augmentée. Les personnes qui ont été testées positives, mais avec peu de risque d’infection ont été envoyées en quarantaine dans des hôtels reconvertis pour les accueillir.

Au départ, la plupart des habitants de Wuhan, et des principales villes affectées, devaient rester à la maison, comme en Italie un peu plus tard et la France peu de temps après. Les écoles et les entreprises vont rester fermées bien au-delà de la fête du Printemps du 25 janvier 2020, le début de l’année du rat[1]. Finalement, près de 60 millions de personnes ont été mises en confinement dans la province du Hubei, dont Wuhan en est la capitale, jusqu’à mi-avril.

Le 3 mars le NYT décrivait ce que l’on appelle en Chine le « Code de santé Alipay », mis en place dans 200 villes et géré par la plus grosse société de e-commerce chinoise Alibaba, l’équivalent d’Amazon. Avant de rentrer dans un lieu public, comme un super marché ou un métro, un contrôleur scanne le QR code. S’il est vert, la personne peut entrer. S’il est jaune, la personne doit rentrer à la maison. S’il est rouge, la personne doit être mise en quarantaine. D’après le NYT, 98,2 % des personnes ont un QR code vert, soit un million de personnes en jaunes ou rouges. La plupart des personnes sont surveillées dans les moyens de transport et les nombreux points de contrôle dans l’espace public et résidentiel. Une grande partie des Chinois sont donc géolocalisés.

D’après le NYT, cette application est potentiellement reliée à la police. J’ajoute, mais sans élément d’information suffisant pour le moment, qu’il faudrait regarder si elle n’est pas liée à la reconnaissance faciale, qui est aussi développée en Chine qu’aux États-Unis[2], au recueil systématique de l’ADN des hommes en Chine et au contrôle des Ouïghours.

Les deux journalistes pensent que « le confinement et les quarantaines forcées à cette échelle, de même que la nature de certaines méthodes comme le recueil des informations de localisation sur le téléphone mobile et les technologies de reconnaissance faciale pour tracer le mouvement des gens ne peut pas être facilement reproduite dans les autres pays et spécialement dans les pays démocratiques où les institutions protègent les droits des individus. » Cette affirmation ne va pas de soi, car autant il parait possible de comparer les régimes démocratiques avec les régimes autoritaires par rapport aux libertés individuelles et de circulation de l’information, pour dire que les régimes autoritaires laissent beaucoup moins de liberté individuelle et de liberté d’informations contradictoires, autant je ne suis pas sûr qu’il soit possible de mesurer l’efficacité économique ou technique d’une société en fonction de son régime politique.

Suivant les problèmes à résoudre, il n’est pas assuré que la Chine soit moins efficace que les États-Unis ou l’Europe et vice versa. Il n’est pas sûr qu’il existe un lien direct entre le « vice autoritaire » ou la « vertu démocratique » des acteurs et leur capacité à résoudre les problèmes. La force, historiquement datée, de l’occident lui vient probablement plus de sa capacité à avoir utilisé en premier, au 18e siècle, l’énergie charbonnière pour la transformer en puissance industrielle, commerciale et militaire que de son régime démocratique encore en émergence à l’époque.

Il parait plausible qu’une des raisons de la diffusion de l’épidémie à travers le monde à partir de Wuhan soit liée au fait d’avoir caché l’information pendant plusieurs semaines. La première étape du processus ne joue donc pas en faveur des régimes autoritaires. En revanche la suite du processus peut leur être plus favorable. Cela ne nous empêche pas de préférer les régimes démocratiques où il y a plus de liberté et plus de circulation d’informations contradictoires, mais jusqu’à quand si la menace sanitaire devient trop forte, ce qui reste très incertain en septembre 2020, quatre mois après cette première analyse.

Les stratégies « moins autoritaires » de Hong Kong, Taiwan et Singapour, mais très intrusives par rapport à la vie privée

La conclusion de l’article du NYT est que ces trois pays ont réussi à bloquer la chaîne de diffusion de l’épidémie avec des mesures moins drastiques que celle de la Chine. Il leur a fallu d’abord stopper la chaîne de diffusion de la pandémie, en « traçant » les malades soit par des tests, soit par leur température et grâce éventuellement à un contrôle électronique comme les caméras de vidéosurveillance ou des données plus privées de santé. La traçabilité permet de reconstruire le réseau social d’interactions avec d’autres personnes qui sont potentiellement malades. En fonction de l’intensité de la maladie, les personnes sont mises en quarantaine ou envoyées à l’hôpital. Au niveau individuel, casser la chaîne de la contagion demande de développer des pratiques de distanciation physique, de porter un masque et de se laver les mains. Dans un pays démocratique, la contrainte de surveillance électronique pour garantir la traçabilité parait moins nécessaire que dans un pays autoritaire. Mais, partout, le contrôle social apparaît comme une des variables cachées qu’il faut réintroduire dans l’explication de l’endiguement de la maladie.

Les gouvernements asiatiques ont durci leurs premières mesures. Ils imposent des quarantaines strictes. Plusieurs interdisent les vols en provenance des pays touchés. À Singapour, par exemple, on demande aux citoyens qui reviennent au pays de partager leurs données de localisation par téléphone pour prouver aux autorités qu’ils sont bien en quarantaine. Au Vietnam, pays lui aussi très peu touché, a adopté une stratégie « low cost » (comme l’appelle Raphaël Chaponnière) qui s’appuie sur la mobilisation sociale et une culture de l’encadrement et de la surveillance, et en utilisant aussi les réseaux sociaux. Ainsi, une jeune femme de retour au pays après un voyage en Europe a été publiquement mise à l’index sur les réseaux sociaux pour n’avoir pas suivi les instructions du gouvernement. Le Vietnam a aussi interrompu les vols avec la Chine dès janvier. À Taiwan un homme qui n’a pas respecté la quarantaine alors qu’il avait voyagé, a reçu une amende d’à peu près 1000 €. À Hong Kong une adolescente de 13 ans qui portaient un bracelet électronique pour surveiller qu’elle était bien en quarantaine a été surprise dans un restaurant. Elle a été filmée. La vidéo a été mise en ligne afin de lui faire honte, de lui faire « perdre la face » comme on dit en chinois. Entre mi-mars et début avril 2020, à Hong Kong tous les résidents qui reviennent sont testés systématiquement à leur arrivée. « Pendant les 14 jours de quarantaine à la maison ils portent un bracelet électronique et leurs mouvements sont surveillés par une application sur leur Smartphone. [Le chef exécutif de Hong Kong] Madame Lam a annoncé que plus de 200 000 personnes avaient été mises en quarantaine à la maison. »

En Chine, toutes les personnes qui retournent chez elle sont mises en quarantaine pendant 14 jours dans des hôtels choisis par le gouvernement. « Ils doivent tous les jours communiquer par Wechat [une application de SMS et à usage multiple], leur température au comité de quartier. » Cela rappelle les années 1980 en Chine, au moment de la mise en place du contrôle de naissance, où les femmes devaient tous les mois déclarer au comité de quartier de leur résidence qu’elles avaient bien leurs règles.

À Taiwan, le gouvernement a mis en place un système de géolocalisation par téléphone. Si les personnes ferment leur téléphone, la police vient vérifier qu’elles sont bien en quarantaine. À Singapour, une personne de 53 ans qui n’avaient pas respecté la quarantaine s’est vue retirer son passeport.

La force d’attraction d’un imaginaire « anarchiste » d’une société sans contrôle social

La gestion de la pandémie pose de façon frontale la question de la sécurité sanitaire et du contrôle social. Tout au long de mes enquêtes en Europe, en Afrique, en Asie ou en Amérique depuis 50 ans[3], j’ai constaté que la contrainte était un mécanisme inhérent au fonctionnement de toute société, qu’elle soit lignagère, autoritaire ou démocratique. Ce qui varie en fonction des périodes de l’histoire, de la diversité des institutions et des stratifications sociales, c’est l’intensité de la domination, la forme du champ de force ou la configuration des relations de pouvoir. La variabilité de la contrainte n’évolue pas de façon linéaire. Les années 1960, en Europe de l’Ouest, ont été moins contraignantes que les années 2000, au moins sur le plan des mœurs et du contrôle technologique. À l’inverse, depuis 20 ans, la contrainte remonte avec la digitalisation de la société, qu’elle soit « libérale » ou autoritaire.

Finalement, il ne semble pas exister de société sans contrôle social, sans tension sociétale et sans remise en cause permanente de la distribution des pouvoirs. Il n’y a pas de paradis perdu, à l’inverse des thèses érudites et souvent subtiles, défendues par « l’anthropologie anarchiste » depuis Pierre Clastre et Marshall Salhins jusqu’à Homo Domesticus de James C. Scott (2019) et Graeber (2018) Pour une anthropologie anarchiste ou Bureaucratie (2015). Elles font remonter les « malheurs » du monde à l’arrivée de l’État entre le Tigre et l’Euphrate, il y a 5 500 ans. Ce faisant elles enchantent l’histoire au nom d’un monde merveilleux pré-étatique tout en « oubliant » que Sapiens a probablement éliminé Neandertal par la violence[4].

Il y a contrainte dès qu’il y a traçabilité généalogique, policière ou sanitaire que cette traçabilité soit numérique ou prénumérique. La traçabilité permet la mise en place de normes sociales qui portent sur ce qu’il est interdit, permis ou prescrit de faire, comme se confiner, porter un masque, se faire tester, se faire contrôler, être mis en quarantaine, être géolocalisé. Les normes sont encastrées dans toute une série de variables et de contraintes matérielles, sociales et symboliques dont le poids varie en fonction des appartenances sociales, générationnelles, culturelle et de genre. Le Covid19, par exemple, parait plus toucher, dans le monde, les personnes âgées, les populations pauvres ou les communautés afro-américaines . Les morts de la grippe dite « espagnole », de 1918-1919 ont été plus nombreux chez les jeunes de 20 à 40 ans en plus des très jeunes et des très vieux[5].

L’histoire des sociétés est celle d’une tension permanente entre sécurité et liberté, une lutte perpétuelle pour contrôler les marges de manœuvre des acteurs sociaux les uns par rapport aux autres. C’est une lutte inégale qui ne justifie aucun ordre établi, mais dont tout changement aboutit à un nouvel ordre de contraintes que ce soit au nom de la justice, de la liberté ou de la sécurité sanitaire, alimentaire, civile, énergétique ou militaire. Plus la sécurité collective augmente, plus les libertés individuelles diminuent.

Conclusion

Dans les sociétés lignagères, c’est-à-dire sur la base de familles élargies, Congolaise, sur laquelle j’ai travaillé dans les années 1970, le contrôle social est fort, grâce à un système de contrôle symbolique magico-religieux très contraignant, la « sorcellerie ». En contrepartie, le système de parenté est censé garantir l’accès de tous les paysans à la terre et donc la survie et la sécurité alimentaire de chaque famille. La crise sanitaire est un analyseur des relations de pouvoir et du fonctionnement des systèmes politico-administratifs qui doivent en permanence arbitrer entre sécurité et liberté. Les technologies numériques sont en train de remplacer en milieu urbain les contrôles magico-religieux des sociétés agraires.

Les Échos du 1 avril titraient en page 9, dans l’analyse de la rédaction : « Confinés ou tracés, faudra-t-il choisir ? » La protection des données personnelles est menacée par la traçabilité qui conditionne la sécurité sanitaire grâce au suivi qu’elle permet. Techniquement, tout est déjà en place, de la reconnaissance faciale à la géolocalisation et au bracelet électronique que ce soit aux États-Unis, en Europe ou en Chine.

Cette situation rappelle la fable de La Fontaine du loup et du chien. Un loup efflanqué rencontre un chien gros et gras. Il lui demande ce qu’il faut faire pour arriver à cette félicité. Peu de chose répond le chien gros et gras. Mais « chemin faisant, il vit le col du Chien pelé. Qu’est-ce là ? lui dit-il. Rien. Quoi ? rien ? Peu de chose. Mais encor ? Le collier dont je suis attaché, de ce que vous voyez en est peut-être la cause. Attaché ? dit le Loup : vous ne courez donc pas où vous voulez ? […] Cela dit, maître Loup s’enfuit, et court encor. »

Paris le 28 aout 2020

[1] Au moment de la fête du Printemps, le Nouvel An chinois, des centaines de millions de Chinois se déplacent à travers la Chine. C’est un grand moment de mobilité et donc de risque d’extension de la maladie. cf. un dataviz, données visualisées, du NYTI du 22 mars sur l’expansion de la maladie, « How the Virus got out », communiqué par Rigas Arvanitis, sur son site.

[2] Cf. le NYTI du 21 janvier 2020 à propos de Clearview AI, aux Etats Unis, « L’application secrète qui pourrait mettre fin à la vie privée. »

[3] Desjeux D., 2018, L’empreinte anthropologique du monde, Peter Lang

[4] Yuval Noah Harari, 2015, Sapiens. Une brève histoire de l’humanité, Albin Michel

[5] Laura Spiney, 2017, Pale Rider. The Spanish Flue of 1918 and How it Changed the World, Jonathan Cape

Cosmopolitan empowerments and biographical trajectories among young french fans of Hallyu

Vincenzo Cichelli and Sylvie Octobre have recently published their last work in Culture and Empathy journal. We are sharing here the abstract of the article and you can access to the full-text as well.

What happens in terms of reception when new players become global cultural leaders within a few years, as it is the case with South Korea? While research has attempted to provide answers to this question using both quantitative and qualitative investigations on the reception of Hallyu in East Asia, Middle East or Americas and Europe, mainly discussing its “Koreanness” or hybrid nature, there are still very little research and publications in France on the topic. This is paradoxical as France is a choice ground for understanding how this cultural wave meets success in a country without a related diaspora nor prior cultural proximity with the country of production. This article aims to break ground the passion of young French people for the Hallyu, within the broader framework of an analysis of the contribution of the “consumption of difference” (Schroeder 2015) — i.e., the consumption of products of global cultural industries — to the formation of the self through the new figure of the “cosmopolitan amateur” (Cicchelli and Octobre 2018).

Therefore, we first look — with the help of 74 in-depth interviews with young people from the Île-de-France region (France) aged between 18 and 31 — at the cosmopolitan skills acquired through the consumption of Korean products, distant from the culture of the interviewees, and the empowerment they nurture. Then, we look at the uses of this empowerment to construct a biographical trajectory. Finally, we focus on K-pop and K-dramas, which are the most consumed Korean products in France and constitute Hallyu’s original core.

This alternative cultural globalization, which takes the form of a real challenge to the large Western cultural industry, particularly in the United States, constitutes a material of choice for understanding:

a) the cosmopolitan apprenticeships linked to the consumption of cultural goods, produced in a country with rare historical links and no cultural proximity with France audiences (this amateurship produces skills related to the consumption of Hallyu products, such as a knowledge of the landscapes, history, mores and urbanity, and language)

b) and how young people use these cosmopolitan resources to build their biographical trajectories (the empowerment through Hallyu).

Bibliography

Cicchelli, V. and Octobre, S. 2018, Aesthetico-Cultural Cosmopolitanism and French Youth. A Taste of the World. London: Palgrave.

Schroeder, J. E. 2015. “Communicating Identity/Consuming Difference.” Consumption Markets & Culture 18(6): 485-489.

Le laborieux parcours du tambavy Covid – Organics (CVO) malgache, à la confluence entre tradition et science

L’objectif de ce billet, réalisé à ma demande par mon collègue historien Claude Alain Randriamihaingo (Université d’Ankatso, Antananarivo, Madagascar), n’est pas de mener une analyse exhaustive ni même définitive. Il s’agit simplement de rassembler pour le blog du GRIP quelques éléments recensés, depuis Madagascar, qui puissent susciter ici et là une réflexion partagée sur une situation inédite, « globale » mais aussi locale, dans laquelle se mêlent des enjeux de santé publique mais aussi économiques, politiques, de pouvoir et des processus identitaires à différentes échelles. Avec la COVID, nous sommes bien sûr au cœur des phénomènes de mondialisation, de circulations et de ce que les recherches sur le « global » ont à dire. Julien Mallet

  « Tambavy », auxiliaire du quotidien ancré dans l’imaginaire malgache, désigne ce breuvage amer que les parents administrent à leurs progénitures, à titre prophylactique voire curatif, pour soigner des maux courants sans gravité. Les pratiques diffèrent suivant les régions, les catégories sociales, mais recourir aux plantes est largement partagé à Madagascar et cette utilisation de la médecine traditionnelle permet aussi de se conforter dans l’affirmation d’une identité. Dès lors que les symptômes de la covid – 19 se sont faits ressentir, les premiers réflexes de la grande majorité des ménages ont été de recourir aux remèdes composés de citron, ail, gingembre, ravintsara, kininim, potsy, et autre « mangidy » (litt. tisane amère). Ensuite seulement, si cela n’est pas efficace, on se rend dans les centres de santé en cas de suspicion d’infection.  En mobilisant le tambavy comme symbole le Président malgache ne pouvait que remporter l’adhésion d’une grande partie de ses compatriotes percevant à travers ce geste, un patriotisme authentique. Pourtant, à l’instar de son composant central (l’artemisia), ce qui se joue autour du tambavy Covid Organics est loin d’être endémique

Artemisia vulgaris

La (re)prise en considération, à notre époque, de l’artemisia , s’inscrit dans le cadre de la longue recherche de solutions contre la malaria, notamment par les tradipraticiens chinois. Il se retrouve au centre de travaux de laboratoire en Chine ayant abouti à un dérivé : l’artémisinine. Cela vaut, en 2015, à la chercheure Tu You You, un prix nobel de médecine pour l’avoir isolée, ouvrant ainsi une voie solide en termes de lutte contre la malaria. L’artemisia a été introduite en Afrique et à Madagascar dans les années 1995 pour ses vertus antipaludiques. Quand l’OMS recommande officiellement de traiter la malaria sur la base de traitements ACT (Artemisia based Combinaison Thérapies), la fluctuation des prix de l’artémisinine est telle, que cela entraine une forte demande conduisant à une pénurie mondiale en 2004. Cela incite les agriculteurs d’Asie (Chine, Vietnam) et d’Afrique à se lancer dans sa culture.

C’est dans ce contexte que BIONEXX s’installe à Madagascar en 2005 pour lancer la culture de l’artemisia, en travaillant avec des milliers de petits producteurs (on parle de 15 000 cultivateurs) essaimés sur tout le territoire national – en la transformant en artémisinine, pour la revendre ensuite à l’export auprès de grandes firmes pharmaceutiques. En 2014, le Dr. Lucile Cornet Vernet fonde en France « La maison de l’artemisia ». Cette ONG développe plus de 80 « maisons de l’artemisia » en Afrique et à Madagascar. Le but est de former des paysans à sa culture, puisque l’artemisia naturelle a été identifiée comme étant une solution idéale et à faible cout contre le paludisme, il importe de tout faire pour en multiplier la vulgarisation, afin de pallier au manque de traitement et de moyens. Quant à la tisane covid – organics (cvo) malgache, l’application de l’artemisia au traitement du coronavirus relève d’un syllogisme : les traitements antipaludéens ont une certaine efficacité contre le coronavirus, l’artemisia est un antipaludéen, donc l’artémisia peut avoir une certaine efficacité contre le coronavirus. Le 23 mars 2020 « La maison de l’artemisia » lance « un appel à projets : lutte covid – 19 », dont le but était de susciter des études cliniques pour valider un traitement préventif à base d’artemisia. L’impact de ces travaux permettrait d’apporter rapidement une solution de prévention, étant donné « l’imminence d’un pic de contamination attendu » en Afrique – un perpétuel refrain de l’OMS. C’est surement dans cette optique que le Dr.Lucile Cornet – Vernet transmet cet appel à projets à plusieurs chefs d’Etat africains , dont celui de Madagascar. Le 20 avril 2020, le Président malgache annonce, en grande pompe, à l’Institut Malgache de Recherches Appliquées (IMRA), la découverte d’un remède à base d’artemisia et de plantes médicinales originaires de la grande ile. Mais vu la célérité de la procédure, des questions se posent, des réactions se manifestent. Mis à part les critiques acerbes des opposants au régime, d’autres voix se font entendre, déplorant l’absence de débat public, quant à l’adoption du covid – organics (cvo) à grande échelle.

Covid-organics (cvo)

Et cela déborde, puisque la prise du tambavy est assimilée à une forme de patriotisme et sa mise en doute peux correspondre à de l’antinationalisme (terme maintes fois entendu en différentes circonstances avec toutes les connotations inhérentes). Pendant ce temps, le Président s’investi d’avantage à la promotion du produit, aidé en cela par ses pairs africains. Suite au retentissement de l’annonce du 20 avril 2020, le milieu scientifique émet des réserves avant que l’OMS ne mette en garde contre un produit élaboré en marge de la procédure de validation en vigueur. Ceci suscite l’indignation de nombre d’africains qui ont trouvé là une occasion idéale pour fustiger l’OMS. Dans ce contexte, les présidents d’une dizaine de pays africains entrent en relation avec leur homologue malgache – par visioconférence et diffusée sur les chaines télévisuelles en prime – time – avant d’affréter, chacun à son tour, un avion à Madagascar pour venir chercher leur part de tambavy (cvo). De leur côté, depuis le 20 avril, les médias occidentaux n’ont jamais cessé de discréditer la tisane (cvo), Madagascar, ou plutôt ses dirigeants et ses scientifiques, en dénigrant les vertus du remède pour conclure à son inefficacité – voire, étrangement, jusqu’à condamner l’artemisia

Au fur et à mesure que la polémique enfle, on remarque un fléchissement des positions. Au mois de juin, le D.G. de l’OMS annonce officiellement vouloir soutenir Madagascar pour procéder à des essais cliniques, tout comme bon nombre de pays africains. Et c’est d’ailleurs la pierre d’achoppement principale à la reconnaissance officielle du tambavy en tant que médicament. Dans ce contexte, la revue Paris Match rapporte qu’après des mois d’analyse, le Pr.Peter Seeberger , responsable de l’Institut Max Planck de Postdam (Allemagne) a annoncé le mercredi 24 juin 2020, que des extraits d’artemisia séchés se sont révélés efficaces, en laboratoire, pour lutter contre la covid – 19. Des essais cliniques étaient sur le point d’être lancés aux Etats – Unis et au Mexique, sur des patients atteints de coronavirus. En juin 2020, le Président malgache lance la construction de PHARMALAGASY. Du matériel, sophistiqué, en provenance d’Allemagne et de Chine arrive fin juillet. L’Etat malgache qui est l’actionnaire  majoritaire de cette société, envisage de mettre  en place une véritable industrie de pointe, capable de rivaliser  avec de grandes firmes pharmaceutiques étrangères. Entretemps, les essais cliniques in vitro et in vivo sur le remède contre le coronavirus continuent, et à l’issue de cela, l’usine produira des cvo/gélules à doses préventives et curatives, d’après les responsables. Le 20 septembre 2020, l’OMS approuve un protocole pour des essais cliniques de phase III de phytothérapie pour la covid – 19, pour le tambavy (cvo). Le 2 octobre 2020, PHARMALAGASY est inauguré officiellement. Elle produira 32 millions de gélule de (cvo  +) par jour, à base d’artemisia et de « ravintsara », ambitionnant d’exporter sa production afin d’apporter une solution à la pandémie de covid – 19. C’est aussi dans cette optique que Madagascar a été sollicitée par l’OMS pour participer au «  Solidarity trial », un essai clinique international visant à trouver un traitement efficace contre la covid 19.

Prise dans des enjeux locaux et globaux, dans une histoire de circulations mondiales anciennes et ressentes, la gestion de la covid – 19 se retrouve à Madagascar à l’intersection du scientifique et de la croyance, du politique, de l’économique et des processus identitaires. Le 16 avril 2020, le Président a diffusé sur sa page facebook, une reconstitution documentaire relatant le passage à Madagascar d’une brésilienne qui avait prédit, en novembre 2019, que Madagascar sauvera le monde d’une pandémie globale grâce à des plantes endémiques. Pour l’instant, la concrétisation de la devise de Pharmalagasy, inscrite sur son fronton, comme suit :

« PHARMALAGASY : changer l’Histoire par la Science » reste la meilleure option à prendre…

                                                                        Claude Alain Randriamihaingo