SERIE II-DIALOGUES 3/6 ET 4/6 L’AUTRE MONDIALISATION

Le GRIP a organisé une nouvelle série de six dialogues avec certains des membres et chercheurs du GRIP pour parler de cette « autre mondialisation » dont l’étude fait la singularité de l’institut.

Les chercheurs interrogés montrent comment leurs lignes de recherche trouvent des échos avec les thématiques du GRIP et partagent leur avis sur la place des Suds Globales dans cette dynamique de la mondialisation.

SERIE II – dialogues 1/6 et 2/6 L’autre mondialisation

Le GRIP a organisé une nouvelle série de six dialogues avec certains des membres et chercheurs du GRIP pour parler de cette « autre mondialisation » dont l’étude fait la singularité de l’institut.

Les chercheurs interrogés montrent comment leurs lignes de recherche trouvent des échos avec les thématiques du GRIP et partagent leur avis sur la place des Suds Globales dans cette dynamique de la mondialisation.

DIvercities participe de la conférence internationale « Future Practices of Citizenship in Asia and the West. The Care of the Self III »

Texte par Marie-Gibert Flutre, porteuse du projet GRIP – Divercities

L’International Institute of Asian Studies (IIAS) organise à Leyden les 25-26 avril 2022 une conférence internationale entitrée: Future practices of citizenship in Asia and the West. The care of the self III.

L’équipe du projet GRIP Divercities, Marie Gibert-Flutre et Guillaume Tran Huu, participeront de la conférence en présentant une communication.

Leur communication rendra compte de leurs travaux sur l’intégration urbaine des chauffeurs de moto-taxis de Ho Chi Minh Ville (Vietnam) par leur usage de la plateforme numérique Grab, dans une communication intitulée : Reclaiming the Streets from the Apps? Rethinking Future Practices of Urban Citizenship in the Digital Age: Perspectives from Vietnam

 

RECHERCHES CONTEMPORAINES EN ANTHROPOLOGIE : DES CIRCULATIONS EN QUESTION(S)

Labélisé GRIP, ce séminaire mensuel, entamé en 2019, analyse différentes formes de circulations culturelles, passées et contemporaines, contraintes ou choisies, liées à des savoirs, des technologies de diffusion et/ou des phénomènes de migration. Partant de divers « terrains », les processus de transformation et de réinvention, façonnés par les circulations, sont au centre de notre réflexion. Les dynamiques révélées permettent d’inscrire celle-ci aussi bien dans une approche globale de « scènes » que dans une anthropologie historique et politique des formes de mobilités.

L’an passé, nous avons tenu à (ré)interroger la construction sociale de la notion de « race » sous l’angle des logiques multiples et mutuelles à partir desquelles se tissent le « local » et le « global ». Nous poursuivons notre réflexion en envisageant, cette année, les processus de politisation des élaborations identitaires et/ou de certaines formes de pouvoir qui y sont rattachées. Nous questionnons les opérations autour d’une reconnaissance ou au contraire d’un déni de légitimité́ de subjectivités, issues d’identités sociales et ethniques intériorisées, mettant en scène un patrimoine racial et/ou culturel.

« Hybride », ce séminaire – devenu un webinaire en raison de la pandémie – est à la fois un séminaire de recherche et d’enseignement. Initialement destiné aux étudiants du Master 2 MIRA (Migrations Racisme Altérités), il est désormais ouvert aux doctorants de l’Université́ Paris Cité (inscrit au catalogue d’enseignements de l’école doctorale). Nous y avons également associé nos partenaires malgaches et haïtiens. Le séminaire fait partie de l’offre de formation à Madagascar (FLSH, Université́ d’Ankatso, Antananarivo) et du programme de master en Anthropologie de la Faculté́ d’Ethnologie l’Université d’État d’Haïti.

Le marché global des véhicules d’occasion : flux Nord-Sud

Texte par Bérénice Bon, co-porteuse du projet GRIPLe marché global des véhicules d’occasion

Quelques nouvelles des terrains au Kenya et au Sénégal du projet. Obsolescence technologique et renforcement des vulnérabilités environnementales et sanitaires en Afrique.

Première immersion dans les mondes des garages à Nairobi.

Au Kenya, 90 % des véhicules privés utilisés sont des véhicules d’occasion importés, dont 80 % viennent du Japon.

On a rencontré des investisseurs comme H., qui vient du Sri Lanka. H. a d’abord travaillé dans le commerce du diamant puis a rejoint un oncle dans les années 1980 en Inde pour vendre des voitures. À la fin des années 1990, H. part au Japon, se spécialiser dans la vente de voiture. H. vit aujourd’hui à Nairobi. Via son entreprise, il importe 5000 voitures chaque année du Japon. Ou J, qui en 2004 quitte Kitui, une petite ville, et s’installe à Nairobi. Il ouvre un garage et achète deux voitures japonaises. Il poursuit aujourd’hui ce commerce en vendant chaque mois 2 à 3 voitures et en assurant des réparations.

On a commencé à remonter les chaînes d’approvisionnement et les dépendances qu’elles créent pour cette diversité d’entrepreneurs. H., J. et tous les autres entrepreneurs rencontrés nous ont initié aux sites web des plus grands exportateurs japonais comme SBT, mais aussi aux places d’enchères à Osaka ou Tokyo où depuis 2010 ils achètent des voitures. Depuis les années 1990 des liens se sont tissés entre entreprises et individus kényans et japonais. Le pouvoir des firmes dans les pays exportateurs et la digitalisation rassemblent ces entrepreneurs, aux capitaux très divers. La majorité des garages ont des franchises pour fournir des pièces Toyota ou Nissan, mais si vous avez une Peugeot à Nairobi vous attendez deux mois pour recevoir la pièce de rechange ! Un bien marchand global c’est un appareillage logistique qui crée des sentiers de dépendance : du cargo, à l’entrepôt, à la ville. Et à ces vies sociales et économiques se tissent des vies politiques. On a alors embarqué dans le monde des contraintes réglementaires et de la production de normes environnementales pour ces véhicules qui par milliers voyagent du Japon au Kenya. On a commencé à suivre l’obtention des certificats indispensables à chaque voiture importée, quels acteurs interviennent, quels contrôles sont effectués, comment évoluent ces normes, comment se construit le problème de la pollution de l’air et des émissions du trafic routier.

Au Kenya, comparé à d’autres pays africains, la flotte de véhicule d’occasion importée est plutôt récente : ces certificats imposent depuis 2010 qu’un véhicule ne doit pas être plus âgé que 8 ans. Le prochain terrain prévu en mai 2022 nous guidera jusqu’au plus grand port du Kenya, Mombasa, pour être au plus proche de ces voitures et de leurs passeurs, multisitués, mais aussi dans les bureaux et les ateliers de contrôle de l’agence nationale environnementale.

Tous les crédits des photos ©BBON, novembre 2021, Nairobi

Appel a contributions -date limite 31 août 2022

Le 31 août 2022, date limite pour soumettre les communications pour l’appel à publication: Specialised language teaching in the era of globalisation (Neofilolog, 2023).

Termes de réference

Calendrier

Lancement appel à contributions: mars 2022 

Soumission des propositions (2000-5000 mots maximum) : 31 août 2022 

Réponse aux auteurs : 15 octobre 2022 

Soumission des articles complets  : 31 janvier 2023 

Remarques aux auteurs : 30 juin 2023 

Deuxième soumission des articles révisés : 30 juin 2023 

Publication :  décembre 2023