Hubs épistémiques au XXIe siècle : la circulation des connaissances académiques aujourd’hui

Leandro Rodriguez Medina a partagé avec nous les principaux enjeux de la circulation des connaissances académiques aujourd’hui ainsi que les 7 sections de ce qui sera le Handbook of Academic Knowledge Circulation.

Le séminaire a été enregistré en 4 capsules, accessibles ici en bas.

Introduction and future scenarios of the academic knowledge circulation today
The Knowledge circulation’s handbook and section I & II
The Knowledge circulation’s handbook section III & IV
The Knowledge circulation’s handbook section V, VI, VII
Montage vidéo: Eric Opigez

Les gestes barrières : variantes locales d’une pandémie mondiale

Premiers résultats du programme de recherche participative COVIDSCAPES

Port du masque, usage du gel hydroalcoolique, distanciation sociale, sont parmi les principaux gestes préconisés dans tous les pays où la pandémie sévit. Mais selon les contextes et les publics, les affichages liés à ces gestes varient. Plusieurs paramètres semblent intervenir en la matière, paramètres que les étudiants du programme de recherche participative COVIDSCAPES ont su mettre en évidence. Ainsi, le présent billet est le fruit de l’intelligence collective, car les étudiants cités ne se sont pas contentés de fournir les photographies reproduites ci-après. La plupart des analyses présentées ci-après sont extraites de leurs propres commentaires : le porteur du programme (F. Mourlhon-Dallies, désormais FMD) n’a proposé dans ce billet qu’une rédaction unifiée de tout ce qui a pu être échangé avec les étudiants de master 2 DDL ou SDS d’UP entre novembre 2020 et janvier 2021.

Les principaux facteurs de variation des messages autour des gestes barrières sont :

  • Les types de public
  • Les conditions climatiques
  • Les politiques de prévention et de santé (qui incluent le rôle de l’Etat, les politiques linguistiques et les cultures locales)

Dans le présent billet, nous ne traiterons que du premier de ces facteurs de variation : la prise en compte du profil du public, avec un focus particulier sur le public enfant et adolescent vs l’âge adulte. Ce sera l’occasion de revenir sur certaines particularités des établissements scolaires et de leurs enceintes, en France métropolitaine, à la Réunion, mais aussi au Sénégal.

Le facteur « type de public »

L’un des premiers facteurs de variation rapidement identifié par le groupe collaboratif que nous avons formé avec les étudiants est l’adaptation des messages préventifs au profil des destinataires, et en particulier à leur âge.

En France métropolitaine,  la plupart des affichages adressés au grand public (c’est-à-dire de manière indifférenciée à tous types de personnes) a été durant toute la pandémie rédigée au moyen de tournures nominales (telles « port du masque obligatoire » ; « 6 personnes maximum ») ou sur le mode impersonnel (verbe à l’infinitif) comme ci-après :

Magasin Nicolas, Paris, le 24 avril 2020 (Corpus FMD)

Sur les vitrines des commerces, le ton est depuis mars 2020 majoritairement technique et procédural. La pratique dominante dans les quartiers centraux de Paris consiste, depuis le début de la pandémie, à photocopier des affichettes officielles tricolores et à les placer bien en évidence pour montrer que l’on est en conformité avec la règlementation, comme ci-dessous :

Bar, Avenue Georges V, Paris, 16 juin 2021 (en place depuis la première vague de l’épidémie, dès mars 2020) – Corpus FMD.

En revanche, dans les transports en commun et espaces de transit, les campagnes de prévention ont pris une tonalité moins distanciée. Dès septembre 2020, les affiches et autres moyens de signalisation ont rapidement misé sur un « nous » plus mobilisateur (parfois associé à « tous » ou à « ensemble ») comme pour responsabiliser le citoyen et renforcer l’idée de communauté.

Station Saint-Lazare, le 16 avril 2021 (en place depuis l’automne 2020), Corpus FMD.

Certains slogans ont même opté pour des échos bibliques, « Protégeons nous les uns les autres » faisant penser à « Aimons-nous les uns les autres ». Les tournures impersonnelles distanciées, plébiscitées par les enseignes commerciales, tout comme l’usage du « nous » plus collectif (dans les espaces communs) sont donc les formes privilégiées de la prévention tous publics confondus. En revanche, les pronoms personnels « je » et « tu », plus rares, sont des points de cristallisation des différences entre publics cibles.

De manière générale, dès qu’on se focalise sur des établissements commerciaux indépendants, les consignes en « je » comme ci-après sont quasiment inexistantes  :

Café Le Grand Saint-Marc, Rouen, le 11/06/2020 (corpus FMD)

A l’inverse, ce mode d’adressage est dominant (mais non exclusif) dans les posters utilisés dans les écoles d’Ile de France, lesquels offrent une déclinaison des gestes barrières en « je », qui favorise l’identification et renforce l’appropriation :

Ecole primaire George Politzer, Champigny/Marne,, nov. 2020, Corpus Asma Najlaoui et Sarra Marouf Araibi

Le graphisme plus coloré que pour les affichages officiels tous publics se révèle très proche des albums de jeunesse. On peut y voir un moyen de toucher plus profondément le public enfant et jeune adolescent. A côté de ces messages en « je », on trouve quelques adressages en « tu »  qui reflètent la pratique du tutoiement spontané des enfants par les adultes. Le tutoiement fonctionne alors comme marqueur d’âge du destinataire des messages sur lequel l’adulte a un ascendant supposé immédiat.

Collège Willy Ronis, Champigny/Marne,, nov. 2020, Corpus Asma Najlaoui et Sarra Marouf Araibi

Il est à noter toutefois qu’à la Réunion les messages destinés aux adultes et au grand public en général peuvent utiliser le tutoiement (en particulier en créole, dont l’usage crée de la proximité). De même, il arrive que les instructions sanitaires incorporent des silhouettes de personnages familiers qui font penser à la bande dessinée.

L’Ermitage-les-Bains, Club de Sport, le 10 novembre 2020 (Corpus Chloé Brocheton et Annabelle Cara

Ces pratiques inhabituelles en Métropole n’excluent pas toutefois, dans les enseignes plus standardisées, le recours à des pictogrammes stylisés, combinés au créole et au tutoiement. On a alors une manifestation langagière du glocal, qui combine couleur locale et commerce intercontinental.

Saint Paul, Monsieur Bricolage, le 26 novembre 2020 (Corpus Chloé Brocheton et Annabelle Cara)

Ces variations entre l’Hexagone et l’Outre-mer montrent que ce qui peut faire signe dans un contexte donné et orienter vers un public adulte ou enfant n’a pas de valeur universelle même si de grandes tendances peuvent être dégagées, en tous points du globe.

En ce qui concerne le contenu même des gestes barrières et surtout le nombre de consignes données,  le public jeune ou enfantin amène quelques spécificités par rapport au public adulte : dans les écoles, les indications sur comment jouer ensemble ou se saluer sont ajoutées à la batterie des gestes standards que l’on trouve dans les commerces et les administrations. Il y a multiplication des conseils préventifs de toutes sortes si bien que les posters comportent jusqu’à 7 ou 8 recommandations. On peut penser que les enfants sont jugés plus imprudents et qu’ils doivent faire l’objet de multiples précautions. Ainsi pour assurer leur protection, on arrive parfois à plus d’une dizaine de gestes à respecter !

Collège Paul Eluard, Garges les Gonesses, nov. 2020, Corpus Asma Najlaoui et Sarra Marouf Araibi

De même, certains espaces académiques comme les bibliothèques ou les résidences universitaires créent des affichages spécifiques, qui excèdent largement la triade mise en avant dans les autres espaces publics.

B.U. des Saints-Pères, le 12/12/2020 (Corpus Mayra castro-Neves et Angeliki Tzoumeka)

Ces spécificités confortent l’hypothèse faite par quelques chercheurs se réclamant de l’analyse des paysages linguistiques (Linguistic Landscapes Analysis) qui jugent nécessaire, à l’image de Kallen (2010) de distinguer entre les espaces commerciaux et les espaces éducatifs et académiques. Pour ces derniers, nous faisons l’hypothèse que la prévention est souvent plus développée. Dans tous les pays et régions lointaines que nous avons pu observer, on remarque, tout comme à Paris, une concentration des affichages préventifs sur les entrées et enceintes scolaires, qui semblent jouer un rôle symbolique de protection accrue.

L’Ermitage les Bains, école primaire, le 21/12/2020
(Corpus Chloë Brocheton et Annabelle Cara)

Kolda, mur d’école élémentaire,  le15/12/ 2020
(Corpus Oumar Balde, photo prise par Anne Fatoumata)

Lancement du GRIP – 2020

Aux confins de la mondialisation? An 1 de l’ère Covid ?

L’institut a organisé le 26 novembre 2020 une journée de lancement.

La première partie de la journée a été organisée en une table ronde autour de la Covid et la globalisation. La deuxième partie de la journée a mis le focus à la présentation des axes de recherche du GRIP.

Un résumé de la journée enregistrée est présenté au travers des liens qui suivent:

L’ AUTRE MONDIALISATION

Le GRIP vise à explorer l’impact de la mondialisation dans des champs des sciences humaines et sociales qui ne sont pas nécessairement explorés, médiatisés, connus (arts et cultures, musique, santé publique, logiques marchandes, linguistique…). 

La série de dialogues avec certains des membres et chercheurs du GRIP présenté ici parle de cette « autre mondialisation » dont l’étude fait la singularité de l’institut. Les chercheurs interrogés montrent comment leurs lignes de recherche trouvent des échos avec les thématiques du GRIP et explorent les conditions nécessaires pour la consolidation de l’interdisciplinarité et la soutenabilité du GRIP.

Rigas Arvanitis, président du GRIP
Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky, porteuse du projet MoCoMi
Julien Mallet, responsable de l’axe 2 – circulations-
Petia Koleva, membre du GRIP et chercheuse au LADYSS
Valéry Ridde, porteur du projet Hospicovid
Fernanda Beigel, directrice du CECIC

Vidéos montés par Pierre Besombes

Révision des textes par Josselin Dufort

Summer school : Social science education in globalization (14-18 June 2021)

The GRIP in association with the University of Bordeaux is pleased to announce the online program this summer on  Social science education in globalization: situated standpoints and common tools.

From June 14th to June 18th 2021
,

This unique summer school is designed for graduate and doctoral students, as well as postdoctoral students and young researchers. The courses explore epistemological, historical and educational reflections that integrate the consequences of postcolonial approaches both in the training and scientific mediation of social and human sciences. Ultimately, the summer school questions the North vs. South divide in the face of globalization.
Inscriptions ouvertes ici

A certificate of participation will be awarded to students upon completion of the course.

Courses and Workshops:

Political and academic stakes of “decolonialism”
Stéphane Dufoix

Ethnographic museums: colonial heritage, coloniality of representations, postcolonial perspectives
Sophie Chave-Dartoen

From colonial global modernity to Anthropocene issues
Eric Macé

Can a disciplinary canon be both situated and shared?
Sari Hanafi

Transnational circulation / appropriation / connections of categories and references
Nilüfer Göle

How to build the program of an international Master degree in African studies?
Tanguy Bernard, Dominique Darbon

How to organize the transnational circulation and discussion of academic productions?
Rigas Arvanitis

Locally grounded, globally relevant: insight from the design of a sociology methodology module
Jimi Adesina

Workshop 1: Compare, revise, increase the canon of sociology?
Stéphane Dufoix, Eric Macé

Workshop 2: Comparing references on the notion of development in social sciences
Rigas Arvanitis, Tanguy Bernard, Sophie Chave-Dartoen, Dominique Darbon

Anthropologies et constructions nationales à partir de Cuba et d’Haïti (1930-1970)

Maud Laëthier, membre du GRIP, présente dans l’article programmatique « Anthropologies et constructions nationales à partir de Cuba et d’Haïti (1930-1970) », écrit avec Kali Argyriadis, les linéaments d’une histoire comparée de l’anthropologie sociale et culturelle de Cuba et d’Haïti en s’intéressant au rôle joué par la discipline dans la construction des identités culturelles des deux pays.

Le propos est d’analyser les processus variables de circulation de personnes, d’idées, de paradigmes, de concepts qui ont engagé des jeux d’influence entre ces « anthropologies nationales » (Gerholm & Hannerz 1982) et les autres (américaines et européennes principalement). Une attention particulière est portée à l’émergence, entre les années 1930 et les années 1970, de réseaux régionaux et transnationaux à la fois scientifiques, politiques, littéraires et artistiques, se réclamant de l’anti-impérialisme, du socialisme ou du communisme.

 Photo: M. Laëthier. Fonds Roland Devauges

Le Tsapiky, une ressource créative et un objet d’étude

L’Institut Français de Madagascar (IFM), l’Alliance Française de Tuléar et l’Alliance Française d’Antsirabe ont organisé un cycle de trois conférences (4 mars, 9 avril et 15 avril 2021) autour du ‘tsapiky’, une musique de la région de Tuléar  (Madagascar). Fortement ancrée dans les pratiques locales, très peu connue en dehors de Madagascar, cette musique est pourtant devenue une ressource créative pour le jeune groupe français Electric Vocuhila. Elle est aussi l’objet d’étude de l’ouvrage : Le tsapiky, une jeune musique de Madagascar, ancêtres cassettes et bals-poussière, Karthala, 2009 de Julien Mallet (chercheur IRD à l’URMIS, responsable de l’axe 2 du GRIP).

https://www.facebook.com/electricvocuhila

Les conférences, organisées autour de notions d’emprunts culturels, d’hybridation, de circulation et sur le projet du groupe Electric Vocuhila sont transmises en direct par visioconférence au public de l’IFM d’Antananarivo, de l’Alliance Française de Tuléar et d’Antsirabe.
En interaction avec les publics, les interventions des ethnomusicologues Julien Mallet, Victor Randrianary et des membres du groupe sont menées respectivement depuis Paris, Bordeaux et Tours. Ainsi, le thème de ces conférences et leur caractère “multisituées” viennent nourrir une réflexion centrale pour le GRIP.  

Voici le lien vers la première conférence

CUBA-HAITI

Engager l’anthropologie

Maud Laëthier, membre du GRIP, vient de publier l’ouvrage collectif Cuba-Haiti. Engager l’anthropologie. Anthologie critique et histoire comparée (1884-1959) avec Kali Argyeiadis, Emma Gobin, Niurka Nunez Gonzales et Jhon Picard Byeon,
présentant, de façon critique, douze textes clés de l’histoire des anthropologies cubaine et haïtienne pour en analyser le développement de manière comparée.

Des années 1880 aux années 1950, au fil des événements qui affectent Haïti et Cuba, il invite à relire tout un pan du récit de l’émergence de ces savoirs nationaux méconnus, saisissant dans leurs effets réciproques histoire de la discipline et histoire des idées politiques. Le lecteur suit ainsi les chemins qui révèlent comment, entre universalisme et particularisme, le regard anthropologique a questionné ces sociétés et les formes d identité et d’altérité qui leur ont été associées.

Anthologie “Sciences Sociales Décentrées”

Le GRIP est ravi d’annoncer qu’il soutient la publication d’une anthologie intitulée « Sciences Sociales Décentrées » sous la direction de Stéphane Dufoix et Marcelo Rosa. En effet, le GRIP considère cette anthologie comme un nécessaire ajout aux publications en sciences sociales de langue française.

Cette anthologie (table de matières ci-dessous) regroupe des textes devenus des classiques dans les sciences sociales, car rédigés par des chercheurs et professeurs « hors d’Occident » qui remettent en cause les multiples facettes de la domination des sciences sociales nord-américaines et européennes.

Les auteurs de ces textes sont aujourd’hui des auteurs de référence en sciences sociales et il est difficile d’imaginer le choc qu’on pu provoquer certaines de ces réflexions qui, pour nombre d’entre nous, sont aujourd’hui des évidences. Stéphane Dufoix et Marcelo Rosa ont réunis plusieurs de ces textes essentiels, devenus des documents de référence dont très peu d’entre eux ont été traduit en français ou sont des textes difficiles d’accès.

Les enjeux de ce décentrement sont nombreux, à la fois épistémiques mais aussi politiques. Tout d’abord, il faut que le lecteur puisse connaître les arguments de ces auteurs et construire une histoire des sciences sociales qui tienne compte de ce formidable décentrement, de cette provincialisation de l’Europe et des Etats-Unis. En France, ce débat a été caricaturé à l’envi, et cela est sans aucun doute lié à la vision universaliste de la science et de la pensée des lumières: le pays des Lumières ne semblait pas pouvoir accepter ces critiques. Pourtant la lecture des textes ne révèle pas le rejet de la pensée des lumières mais bien au contraire des propositions pour s’appuyer sur les réalités concrètes que les sciences sociales rencontrent dans leurs propres pays. Un second enjeu épistémique nous concerne tous, et fait partie de l’agenda du GRIP : comprendre la circulation des connaissances et la façon dont elle a permis de critiquer un projet modernisateur uniformisant. Faire avancer ce questionnement consiste à écouter les visions épistémiques alternatives. Cela implique, aussi, de proposer aux étudiant.e.s et aux chercheur.e.s les textes qui pour la grande majorité, sont soit inaccessibles en français, soit largement oubliés ou méconnus.

Le GRIP, en tant que plateforme d’échanges et de synergies entre chercheurs en sciences sociales autour de la globalisation, peut ainsi accompagner cette réflexion et cette ouverture de la recherche en science sociale mondiale aux voix venues des pays du Sud et aller au-delà de la seule dénonciation de l’hégémonie occidentale en proposant des pistes pour un recherche véritablement globale.

Sur la stratégie Covid-19: crise sanitaire et contrôle social

Nous avons demandé à notre collègue Dominique Desjeux, professeur émérite de l’Université de Paris de nous proposer un article sur l’épidémie de Covid-19 concernant les mesures prises pour contrôler l’épidémie. Le professeur Desjeux a une longue expérience et plusieurs projets réalisés Chine et son regard anthropologique, nourri d’une longue expérience de terrain sur plusieurs continents nous a semblé pertinent.  En prévision des futurs échanges au sujet de l’épidémie que nous aurons au GRIP, nous livrons cet article – plus long que ceux habituellement proposés sur notre carnet – qui amorce le  débat.

Stratégie COVID-19 : Une société peut-elle exister sans contrôle social tout en garantissant la sécurité de ses membres ?

Dominique Desjeux, anthropologue, Professeur émérite, Ceped, Université de Paris et IRD

Le 13 mars 2020, Benjamin J. Cowling et Wey Wen Lim publient dans le New York Times International un article sous le titre « Voilà comment ils ont contenu le Coronavirus. » Le développement de l’épidémie est en train de s’accélérer en Europe et aux États-Unis. Au même moment, à mi-mars, en Chine l’épidémie ralentit, mais au prix de mesures draconiennes. Pour les deux journalistes, des pays comme Taiwan, Singapour et Hong Kong ont abouti aux mêmes résultats avec des méthodes apparemment moins intrusives que celles de la Chine. Les régimes démocratiques sont donc supposés avoir mieux freiné la diffusion du coronavirus que les régimes autoritaires. Mais est-ce que cela s’est vraiment passé sans un fort contrôle social ? 

La stratégie radicale du gouvernement chinois

Pour les deux épidémiologistes, le gouvernement chinois, à la fin de janvier 2020, a mis en place des mesures de distanciation physique et de confinement tout à fait inhabituelles. Une ville comme Wuhan a été complètement confinée. Une partie des transports a été fortement limitée. On a construit de nouveaux hôpitaux en quelques jours. La capacité des laboratoires à tester les malades a été rapidement augmentée. Les personnes qui ont été testées positives, mais avec peu de risque d’infection ont été envoyées en quarantaine dans des hôtels reconvertis pour les accueillir.

Au départ, la plupart des habitants de Wuhan, et des principales villes affectées, devaient rester à la maison, comme en Italie un peu plus tard et la France peu de temps après. Les écoles et les entreprises vont rester fermées bien au-delà de la fête du Printemps du 25 janvier 2020, le début de l’année du rat[1]. Finalement, près de 60 millions de personnes ont été mises en confinement dans la province du Hubei, dont Wuhan en est la capitale, jusqu’à mi-avril.

Le 3 mars le NYT décrivait ce que l’on appelle en Chine le « Code de santé Alipay », mis en place dans 200 villes et géré par la plus grosse société de e-commerce chinoise Alibaba, l’équivalent d’Amazon. Avant de rentrer dans un lieu public, comme un super marché ou un métro, un contrôleur scanne le QR code. S’il est vert, la personne peut entrer. S’il est jaune, la personne doit rentrer à la maison. S’il est rouge, la personne doit être mise en quarantaine. D’après le NYT, 98,2 % des personnes ont un QR code vert, soit un million de personnes en jaunes ou rouges. La plupart des personnes sont surveillées dans les moyens de transport et les nombreux points de contrôle dans l’espace public et résidentiel. Une grande partie des Chinois sont donc géolocalisés.

D’après le NYT, cette application est potentiellement reliée à la police. J’ajoute, mais sans élément d’information suffisant pour le moment, qu’il faudrait regarder si elle n’est pas liée à la reconnaissance faciale, qui est aussi développée en Chine qu’aux États-Unis[2], au recueil systématique de l’ADN des hommes en Chine et au contrôle des Ouïghours.

Les deux journalistes pensent que « le confinement et les quarantaines forcées à cette échelle, de même que la nature de certaines méthodes comme le recueil des informations de localisation sur le téléphone mobile et les technologies de reconnaissance faciale pour tracer le mouvement des gens ne peut pas être facilement reproduite dans les autres pays et spécialement dans les pays démocratiques où les institutions protègent les droits des individus. » Cette affirmation ne va pas de soi, car autant il parait possible de comparer les régimes démocratiques avec les régimes autoritaires par rapport aux libertés individuelles et de circulation de l’information, pour dire que les régimes autoritaires laissent beaucoup moins de liberté individuelle et de liberté d’informations contradictoires, autant je ne suis pas sûr qu’il soit possible de mesurer l’efficacité économique ou technique d’une société en fonction de son régime politique.

Suivant les problèmes à résoudre, il n’est pas assuré que la Chine soit moins efficace que les États-Unis ou l’Europe et vice versa. Il n’est pas sûr qu’il existe un lien direct entre le « vice autoritaire » ou la « vertu démocratique » des acteurs et leur capacité à résoudre les problèmes. La force, historiquement datée, de l’occident lui vient probablement plus de sa capacité à avoir utilisé en premier, au 18e siècle, l’énergie charbonnière pour la transformer en puissance industrielle, commerciale et militaire que de son régime démocratique encore en émergence à l’époque.

Il parait plausible qu’une des raisons de la diffusion de l’épidémie à travers le monde à partir de Wuhan soit liée au fait d’avoir caché l’information pendant plusieurs semaines. La première étape du processus ne joue donc pas en faveur des régimes autoritaires. En revanche la suite du processus peut leur être plus favorable. Cela ne nous empêche pas de préférer les régimes démocratiques où il y a plus de liberté et plus de circulation d’informations contradictoires, mais jusqu’à quand si la menace sanitaire devient trop forte, ce qui reste très incertain en septembre 2020, quatre mois après cette première analyse.

Les stratégies « moins autoritaires » de Hong Kong, Taiwan et Singapour, mais très intrusives par rapport à la vie privée

La conclusion de l’article du NYT est que ces trois pays ont réussi à bloquer la chaîne de diffusion de l’épidémie avec des mesures moins drastiques que celle de la Chine. Il leur a fallu d’abord stopper la chaîne de diffusion de la pandémie, en « traçant » les malades soit par des tests, soit par leur température et grâce éventuellement à un contrôle électronique comme les caméras de vidéosurveillance ou des données plus privées de santé. La traçabilité permet de reconstruire le réseau social d’interactions avec d’autres personnes qui sont potentiellement malades. En fonction de l’intensité de la maladie, les personnes sont mises en quarantaine ou envoyées à l’hôpital. Au niveau individuel, casser la chaîne de la contagion demande de développer des pratiques de distanciation physique, de porter un masque et de se laver les mains. Dans un pays démocratique, la contrainte de surveillance électronique pour garantir la traçabilité parait moins nécessaire que dans un pays autoritaire. Mais, partout, le contrôle social apparaît comme une des variables cachées qu’il faut réintroduire dans l’explication de l’endiguement de la maladie.

Les gouvernements asiatiques ont durci leurs premières mesures. Ils imposent des quarantaines strictes. Plusieurs interdisent les vols en provenance des pays touchés. À Singapour, par exemple, on demande aux citoyens qui reviennent au pays de partager leurs données de localisation par téléphone pour prouver aux autorités qu’ils sont bien en quarantaine. Au Vietnam, pays lui aussi très peu touché, a adopté une stratégie « low cost » (comme l’appelle Raphaël Chaponnière) qui s’appuie sur la mobilisation sociale et une culture de l’encadrement et de la surveillance, et en utilisant aussi les réseaux sociaux. Ainsi, une jeune femme de retour au pays après un voyage en Europe a été publiquement mise à l’index sur les réseaux sociaux pour n’avoir pas suivi les instructions du gouvernement. Le Vietnam a aussi interrompu les vols avec la Chine dès janvier. À Taiwan un homme qui n’a pas respecté la quarantaine alors qu’il avait voyagé, a reçu une amende d’à peu près 1000 €. À Hong Kong une adolescente de 13 ans qui portaient un bracelet électronique pour surveiller qu’elle était bien en quarantaine a été surprise dans un restaurant. Elle a été filmée. La vidéo a été mise en ligne afin de lui faire honte, de lui faire « perdre la face » comme on dit en chinois. Entre mi-mars et début avril 2020, à Hong Kong tous les résidents qui reviennent sont testés systématiquement à leur arrivée. « Pendant les 14 jours de quarantaine à la maison ils portent un bracelet électronique et leurs mouvements sont surveillés par une application sur leur Smartphone. [Le chef exécutif de Hong Kong] Madame Lam a annoncé que plus de 200 000 personnes avaient été mises en quarantaine à la maison. »

En Chine, toutes les personnes qui retournent chez elle sont mises en quarantaine pendant 14 jours dans des hôtels choisis par le gouvernement. « Ils doivent tous les jours communiquer par Wechat [une application de SMS et à usage multiple], leur température au comité de quartier. » Cela rappelle les années 1980 en Chine, au moment de la mise en place du contrôle de naissance, où les femmes devaient tous les mois déclarer au comité de quartier de leur résidence qu’elles avaient bien leurs règles.

À Taiwan, le gouvernement a mis en place un système de géolocalisation par téléphone. Si les personnes ferment leur téléphone, la police vient vérifier qu’elles sont bien en quarantaine. À Singapour, une personne de 53 ans qui n’avaient pas respecté la quarantaine s’est vue retirer son passeport.

La force d’attraction d’un imaginaire « anarchiste » d’une société sans contrôle social

La gestion de la pandémie pose de façon frontale la question de la sécurité sanitaire et du contrôle social. Tout au long de mes enquêtes en Europe, en Afrique, en Asie ou en Amérique depuis 50 ans[3], j’ai constaté que la contrainte était un mécanisme inhérent au fonctionnement de toute société, qu’elle soit lignagère, autoritaire ou démocratique. Ce qui varie en fonction des périodes de l’histoire, de la diversité des institutions et des stratifications sociales, c’est l’intensité de la domination, la forme du champ de force ou la configuration des relations de pouvoir. La variabilité de la contrainte n’évolue pas de façon linéaire. Les années 1960, en Europe de l’Ouest, ont été moins contraignantes que les années 2000, au moins sur le plan des mœurs et du contrôle technologique. À l’inverse, depuis 20 ans, la contrainte remonte avec la digitalisation de la société, qu’elle soit « libérale » ou autoritaire.

Finalement, il ne semble pas exister de société sans contrôle social, sans tension sociétale et sans remise en cause permanente de la distribution des pouvoirs. Il n’y a pas de paradis perdu, à l’inverse des thèses érudites et souvent subtiles, défendues par « l’anthropologie anarchiste » depuis Pierre Clastre et Marshall Salhins jusqu’à Homo Domesticus de James C. Scott (2019) et Graeber (2018) Pour une anthropologie anarchiste ou Bureaucratie (2015). Elles font remonter les « malheurs » du monde à l’arrivée de l’État entre le Tigre et l’Euphrate, il y a 5 500 ans. Ce faisant elles enchantent l’histoire au nom d’un monde merveilleux pré-étatique tout en « oubliant » que Sapiens a probablement éliminé Neandertal par la violence[4].

Il y a contrainte dès qu’il y a traçabilité généalogique, policière ou sanitaire que cette traçabilité soit numérique ou prénumérique. La traçabilité permet la mise en place de normes sociales qui portent sur ce qu’il est interdit, permis ou prescrit de faire, comme se confiner, porter un masque, se faire tester, se faire contrôler, être mis en quarantaine, être géolocalisé. Les normes sont encastrées dans toute une série de variables et de contraintes matérielles, sociales et symboliques dont le poids varie en fonction des appartenances sociales, générationnelles, culturelle et de genre. Le Covid19, par exemple, parait plus toucher, dans le monde, les personnes âgées, les populations pauvres ou les communautés afro-américaines . Les morts de la grippe dite « espagnole », de 1918-1919 ont été plus nombreux chez les jeunes de 20 à 40 ans en plus des très jeunes et des très vieux[5].

L’histoire des sociétés est celle d’une tension permanente entre sécurité et liberté, une lutte perpétuelle pour contrôler les marges de manœuvre des acteurs sociaux les uns par rapport aux autres. C’est une lutte inégale qui ne justifie aucun ordre établi, mais dont tout changement aboutit à un nouvel ordre de contraintes que ce soit au nom de la justice, de la liberté ou de la sécurité sanitaire, alimentaire, civile, énergétique ou militaire. Plus la sécurité collective augmente, plus les libertés individuelles diminuent.

Conclusion

Dans les sociétés lignagères, c’est-à-dire sur la base de familles élargies, Congolaise, sur laquelle j’ai travaillé dans les années 1970, le contrôle social est fort, grâce à un système de contrôle symbolique magico-religieux très contraignant, la « sorcellerie ». En contrepartie, le système de parenté est censé garantir l’accès de tous les paysans à la terre et donc la survie et la sécurité alimentaire de chaque famille. La crise sanitaire est un analyseur des relations de pouvoir et du fonctionnement des systèmes politico-administratifs qui doivent en permanence arbitrer entre sécurité et liberté. Les technologies numériques sont en train de remplacer en milieu urbain les contrôles magico-religieux des sociétés agraires.

Les Échos du 1 avril titraient en page 9, dans l’analyse de la rédaction : « Confinés ou tracés, faudra-t-il choisir ? » La protection des données personnelles est menacée par la traçabilité qui conditionne la sécurité sanitaire grâce au suivi qu’elle permet. Techniquement, tout est déjà en place, de la reconnaissance faciale à la géolocalisation et au bracelet électronique que ce soit aux États-Unis, en Europe ou en Chine.

Cette situation rappelle la fable de La Fontaine du loup et du chien. Un loup efflanqué rencontre un chien gros et gras. Il lui demande ce qu’il faut faire pour arriver à cette félicité. Peu de chose répond le chien gros et gras. Mais « chemin faisant, il vit le col du Chien pelé. Qu’est-ce là ? lui dit-il. Rien. Quoi ? rien ? Peu de chose. Mais encor ? Le collier dont je suis attaché, de ce que vous voyez en est peut-être la cause. Attaché ? dit le Loup : vous ne courez donc pas où vous voulez ? […] Cela dit, maître Loup s’enfuit, et court encor. »

Paris le 28 aout 2020

[1] Au moment de la fête du Printemps, le Nouvel An chinois, des centaines de millions de Chinois se déplacent à travers la Chine. C’est un grand moment de mobilité et donc de risque d’extension de la maladie. cf. un dataviz, données visualisées, du NYTI du 22 mars sur l’expansion de la maladie, « How the Virus got out », communiqué par Rigas Arvanitis, sur son site.

[2] Cf. le NYTI du 21 janvier 2020 à propos de Clearview AI, aux Etats Unis, « L’application secrète qui pourrait mettre fin à la vie privée. »

[3] Desjeux D., 2018, L’empreinte anthropologique du monde, Peter Lang

[4] Yuval Noah Harari, 2015, Sapiens. Une brève histoire de l’humanité, Albin Michel

[5] Laura Spiney, 2017, Pale Rider. The Spanish Flue of 1918 and How it Changed the World, Jonathan Cape

Cosmopolitan empowerments and biographical trajectories among young french fans of Hallyu

Vincenzo Cichelli and Sylvie Octobre have recently published their last work in Culture and Empathy journal. We are sharing here the abstract of the article and you can access to the full-text as well.

What happens in terms of reception when new players become global cultural leaders within a few years, as it is the case with South Korea? While research has attempted to provide answers to this question using both quantitative and qualitative investigations on the reception of Hallyu in East Asia, Middle East or Americas and Europe, mainly discussing its “Koreanness” or hybrid nature, there are still very little research and publications in France on the topic. This is paradoxical as France is a choice ground for understanding how this cultural wave meets success in a country without a related diaspora nor prior cultural proximity with the country of production. This article aims to break ground the passion of young French people for the Hallyu, within the broader framework of an analysis of the contribution of the “consumption of difference” (Schroeder 2015) — i.e., the consumption of products of global cultural industries — to the formation of the self through the new figure of the “cosmopolitan amateur” (Cicchelli and Octobre 2018).

Therefore, we first look — with the help of 74 in-depth interviews with young people from the Île-de-France region (France) aged between 18 and 31 — at the cosmopolitan skills acquired through the consumption of Korean products, distant from the culture of the interviewees, and the empowerment they nurture. Then, we look at the uses of this empowerment to construct a biographical trajectory. Finally, we focus on K-pop and K-dramas, which are the most consumed Korean products in France and constitute Hallyu’s original core.

This alternative cultural globalization, which takes the form of a real challenge to the large Western cultural industry, particularly in the United States, constitutes a material of choice for understanding:

a) the cosmopolitan apprenticeships linked to the consumption of cultural goods, produced in a country with rare historical links and no cultural proximity with France audiences (this amateurship produces skills related to the consumption of Hallyu products, such as a knowledge of the landscapes, history, mores and urbanity, and language)

b) and how young people use these cosmopolitan resources to build their biographical trajectories (the empowerment through Hallyu).

Bibliography

Cicchelli, V. and Octobre, S. 2018, Aesthetico-Cultural Cosmopolitanism and French Youth. A Taste of the World. London: Palgrave.

Schroeder, J. E. 2015. “Communicating Identity/Consuming Difference.” Consumption Markets & Culture 18(6): 485-489.

Recherches globales à Université de Paris