Archives par mot-clé : Circulations

LE MARCHÉ GLOBAL DES VÉHICULES D’OCCASION : FLUX NORD-SUD (II)

Texte par Jessica Pourraz, co-porteuse du projet GRIPLe marché global des véhicules d’occasion

Après avoir passé 3 semaines à Accra au Ghana, voici les éléments tirés d’une première immersion dans le commerce des véhicules.

Le Ghana a connu une forte hausse du nombre de véhicules puisqu’en dix ans il est passé de 1.4 millions (2010) à 3 millions (2022). Près de 85% des véhicules privés et commerciaux sont importés de l’étranger avec en grande majorité des véhicules en provenance des Etats-Unis et du Canada, et plus minoritairement d’Europe. La moitié de cette flotte est concentrée dans la capitale Accra. Les véhicules les plus courants sont issus des constructeurs Toyota, Nissan, Honda, fabriqués pour la grande majorité aux Etats-Unis et/ou au Canada.

Garage

Les discussions conduites avec les propriétaires et partenaires de ces garages, ainsi qu’avec leurs vendeurs, nous apprennent que la plupart des véhicules importés des Etats-Unis et du Canada sont des véhicules accidentés qui, ayant été saisis par les compagnies d’assurance, sont vendus en ligne aux enchères à des prix défiants toute concurrence.

On dénombre à Accra 80 garages et un total de 800 personnes travaillant dans ce secteur. Tous ces entrepreneurs ont des partenaires, pour la plupart des membres de leur famille, basés aux Etats-Unis et/ou au Canada qui se chargent de la vérification physique des véhicules et de leur acheminement jusqu’au port d’expédition le plus proche du lieu l’acquisition. Une fois les véhicules arrivés aux ports au Ghana, ils regagnent les ateliers de mécanique de la capitale pour être remis en état pour ensuite être vendus.

Garage

Ce secteur repose ainsi fortement sur les capacités locales de mécaniciens et un vaste marché de pièces détachées également importées. Il n’y a aucune restriction pour importer des véhicules au Ghana et seules des pénalités sont appliquées pour les véhicules âgés de plus de 10 ans. Ainsi n’importe qui peut entrer dans ce commerce et importer des véhicules quelque soit leur état, même sous la forme d’épave. En effet, il n’existe pas de standards pour ces véhicules et seules les rares voitures importées neuves, ainsi que celles arrivant en kits et assemblées localement doivent respecter la norme Euro2.

Garage

On observe ainsi au Ghana, une structuration et une régulation du marché des véhicules d’occasion, ainsi que des circulations transnationales complétement différentes de celles observées par Bérénice Bon au Kenya.

Driver and Vehicles Licensing and Authorities

Tous les crédits correspondent à ©JPOURRAZ, mai 2022, Accra

The Social Life of Matte: a study of matte consumption and significance among the Druze

Contribution de Lubna Tarabey, Université Libanaise, dans le cadre du projet: Matière à relation : Liban Globalisé

Introduction

Matte, a herbal tea like infusion made from the Ilex Paraguayensio shrub indigenous to Brazil and Paraguay and cultivated in Argentina (Joycee, 1934), has traveled to the middle east with the early waves of returning Druze immigrants in the early 20th century. Unlike the lack of interest in Matte in much of Europe and its inability to compete with other drinks such as tea and coffee, Matte found a welcoming environment in the Middle East, especially among a particular religious group mainly located in Syria, Lebanon and Palestine, namely the Druze (Folch, 2010). The Druze of the Levant are considered to be the first consumers of Matte whereby a herb not indigenous to the area has been transformed, culturally acquiring a social life of its own and through various socio-cultural and political processes has developed a social biography of its own, one that is different, but not dissociated, from the origin of Matte.  Kopytoff claims that “What is significant about the adoption of alien objects – as of alien ideas – is not the fact that they are adopted, but the way they are culturally redefined and put into use” (Kpytoff, 1986, p. 67) . Matte, as such, is a commodity that has a life history or a biography that is culturally regulated acquiring a social identity and reflecting a culture.

Study aim

The study aims at analyzing the way this herbal drink gained a socio-cultural identity among the Druze through adopting a perspective that focuses on Matte as a commodity with its own historical and social biography. The study “follows Matte” espousing the idea that “the meaning of objects are inscribed in their forms, their use and their trajectories” (Appadurai, 1986, p. 5) and become socially and culturally loaded with and reflective of meanings. The study further looks into how Matte has become so tightly associated with Druze identity that the practice of consuming the drink has continued through generations of Druze migrants living outside Lebanon. Since the study is being conducted post the Covid pandemic and the economic crisis in Lebanon and knowing that the Matte requires socially a sharing of the drinking straw, part of the research will look into the effects of both the pandemic and the economic crisis on the consumption of matte among the Druze

Method

For the purpose of gathering data both, inside and outside Lebanon, two tools will be utilized. In-depth semi-structured interviews will be used in Lebanon targeting members of the Druze community who consume matte. Forty such interviews will be carried out. The second method utilized is an online survey that would be distributed in Lebanon through snow ball techniques. A modified version of the survey would be used for Druze residing in Canada, France and United States of America through contacting Druze associations who would distribute the questionnaire through the lists of registered members and through personal contacts of the researcher with Druze living in these countries.

References

Appadurai, A. (1986). Introduction: commodities and the politics of value. In A. Appadurai, The Social Life of Things (pp. 3-63). Cambridge: Cambridge University Press.

Folch, C. (2010, January). Stimulating Consumption: Yerba Mate Myths, Markets, and Meanings from Conquest to Present . Comparative Studies in Society and History, 52 (1), 6 – 36.

Joycee, T. A. (1934, November 10 ). Use and Origin of Yerba Mate. Nature Publishing Group, 722 – 724.

Kpytoff, I. (1986). The cultural biography of things: commoditization as process. In A. Appadurai, The Social Life of Things: commodities in cultural perspective (pp. 64-91). Cambridge: Cambridge Uiversity Press.

Anthropologies et constructions nationales à partir de Cuba et d’Haïti (1930-1970)

Maud Laëthier, membre du GRIP, présente dans l’article programmatique « Anthropologies et constructions nationales à partir de Cuba et d’Haïti (1930-1970) », écrit avec Kali Argyriadis, les linéaments d’une histoire comparée de l’anthropologie sociale et culturelle de Cuba et d’Haïti en s’intéressant au rôle joué par la discipline dans la construction des identités culturelles des deux pays.

Le propos est d’analyser les processus variables de circulation de personnes, d’idées, de paradigmes, de concepts qui ont engagé des jeux d’influence entre ces « anthropologies nationales » (Gerholm & Hannerz 1982) et les autres (américaines et européennes principalement). Une attention particulière est portée à l’émergence, entre les années 1930 et les années 1970, de réseaux régionaux et transnationaux à la fois scientifiques, politiques, littéraires et artistiques, se réclamant de l’anti-impérialisme, du socialisme ou du communisme.

 Photo: M. Laëthier. Fonds Roland Devauges

Le Tsapiky, une ressource créative et un objet d’étude

L’Institut Français de Madagascar (IFM), l’Alliance Française de Tuléar et l’Alliance Française d’Antsirabe ont organisé un cycle de trois conférences (4 mars, 9 avril et 15 avril 2021) autour du ‘tsapiky’, une musique de la région de Tuléar  (Madagascar). Fortement ancrée dans les pratiques locales, très peu connue en dehors de Madagascar, cette musique est pourtant devenue une ressource créative pour le jeune groupe français Electric Vocuhila. Elle est aussi l’objet d’étude de l’ouvrage : Le tsapiky, une jeune musique de Madagascar, ancêtres cassettes et bals-poussière, Karthala, 2009 de Julien Mallet (chercheur IRD à l’URMIS, responsable de l’axe 2 du GRIP).

https://www.facebook.com/electricvocuhila

Les conférences, organisées autour de notions d’emprunts culturels, d’hybridation, de circulation et sur le projet du groupe Electric Vocuhila sont transmises en direct par visioconférence au public de l’IFM d’Antananarivo, de l’Alliance Française de Tuléar et d’Antsirabe.
En interaction avec les publics, les interventions des ethnomusicologues Julien Mallet, Victor Randrianary et des membres du groupe sont menées respectivement depuis Paris, Bordeaux et Tours. Ainsi, le thème de ces conférences et leur caractère “multisituées” viennent nourrir une réflexion centrale pour le GRIP.  

Voici le lien vers la première conférence

Le laborieux parcours du tambavy Covid – Organics (CVO) malgache, à la confluence entre tradition et science

L’objectif de ce billet, réalisé à ma demande par mon collègue historien Claude Alain Randriamihaingo (Université d’Ankatso, Antananarivo, Madagascar), n’est pas de mener une analyse exhaustive ni même définitive. Il s’agit simplement de rassembler pour le blog du GRIP quelques éléments recensés, depuis Madagascar, qui puissent susciter ici et là une réflexion partagée sur une situation inédite, « globale » mais aussi locale, dans laquelle se mêlent des enjeux de santé publique mais aussi économiques, politiques, de pouvoir et des processus identitaires à différentes échelles. Avec la COVID, nous sommes bien sûr au cœur des phénomènes de mondialisation, de circulations et de ce que les recherches sur le « global » ont à dire. Julien Mallet

  « Tambavy », auxiliaire du quotidien ancré dans l’imaginaire malgache, désigne ce breuvage amer que les parents administrent à leurs progénitures, à titre prophylactique voire curatif, pour soigner des maux courants sans gravité. Les pratiques diffèrent suivant les régions, les catégories sociales, mais recourir aux plantes est largement partagé à Madagascar et cette utilisation de la médecine traditionnelle permet aussi de se conforter dans l’affirmation d’une identité. Dès lors que les symptômes de la covid – 19 se sont faits ressentir, les premiers réflexes de la grande majorité des ménages ont été de recourir aux remèdes composés de citron, ail, gingembre, ravintsara, kininim, potsy, et autre « mangidy » (litt. tisane amère). Ensuite seulement, si cela n’est pas efficace, on se rend dans les centres de santé en cas de suspicion d’infection.  En mobilisant le tambavy comme symbole le Président malgache ne pouvait que remporter l’adhésion d’une grande partie de ses compatriotes percevant à travers ce geste, un patriotisme authentique. Pourtant, à l’instar de son composant central (l’artemisia), ce qui se joue autour du tambavy Covid Organics est loin d’être endémique

Artemisia vulgaris

La (re)prise en considération, à notre époque, de l’artemisia , s’inscrit dans le cadre de la longue recherche de solutions contre la malaria, notamment par les tradipraticiens chinois. Il se retrouve au centre de travaux de laboratoire en Chine ayant abouti à un dérivé : l’artémisinine. Cela vaut, en 2015, à la chercheure Tu You You, un prix nobel de médecine pour l’avoir isolée, ouvrant ainsi une voie solide en termes de lutte contre la malaria. L’artemisia a été introduite en Afrique et à Madagascar dans les années 1995 pour ses vertus antipaludiques. Quand l’OMS recommande officiellement de traiter la malaria sur la base de traitements ACT (Artemisia based Combinaison Thérapies), la fluctuation des prix de l’artémisinine est telle, que cela entraine une forte demande conduisant à une pénurie mondiale en 2004. Cela incite les agriculteurs d’Asie (Chine, Vietnam) et d’Afrique à se lancer dans sa culture.

C’est dans ce contexte que BIONEXX s’installe à Madagascar en 2005 pour lancer la culture de l’artemisia, en travaillant avec des milliers de petits producteurs (on parle de 15 000 cultivateurs) essaimés sur tout le territoire national – en la transformant en artémisinine, pour la revendre ensuite à l’export auprès de grandes firmes pharmaceutiques. En 2014, le Dr. Lucile Cornet Vernet fonde en France « La maison de l’artemisia ». Cette ONG développe plus de 80 « maisons de l’artemisia » en Afrique et à Madagascar. Le but est de former des paysans à sa culture, puisque l’artemisia naturelle a été identifiée comme étant une solution idéale et à faible cout contre le paludisme, il importe de tout faire pour en multiplier la vulgarisation, afin de pallier au manque de traitement et de moyens. Quant à la tisane covid – organics (cvo) malgache, l’application de l’artemisia au traitement du coronavirus relève d’un syllogisme : les traitements antipaludéens ont une certaine efficacité contre le coronavirus, l’artemisia est un antipaludéen, donc l’artémisia peut avoir une certaine efficacité contre le coronavirus. Le 23 mars 2020 « La maison de l’artemisia » lance « un appel à projets : lutte covid – 19 », dont le but était de susciter des études cliniques pour valider un traitement préventif à base d’artemisia. L’impact de ces travaux permettrait d’apporter rapidement une solution de prévention, étant donné « l’imminence d’un pic de contamination attendu » en Afrique – un perpétuel refrain de l’OMS. C’est surement dans cette optique que le Dr.Lucile Cornet – Vernet transmet cet appel à projets à plusieurs chefs d’Etat africains , dont celui de Madagascar. Le 20 avril 2020, le Président malgache annonce, en grande pompe, à l’Institut Malgache de Recherches Appliquées (IMRA), la découverte d’un remède à base d’artemisia et de plantes médicinales originaires de la grande ile. Mais vu la célérité de la procédure, des questions se posent, des réactions se manifestent. Mis à part les critiques acerbes des opposants au régime, d’autres voix se font entendre, déplorant l’absence de débat public, quant à l’adoption du covid – organics (cvo) à grande échelle.

Covid-organics (cvo)

Et cela déborde, puisque la prise du tambavy est assimilée à une forme de patriotisme et sa mise en doute peux correspondre à de l’antinationalisme (terme maintes fois entendu en différentes circonstances avec toutes les connotations inhérentes). Pendant ce temps, le Président s’investi d’avantage à la promotion du produit, aidé en cela par ses pairs africains. Suite au retentissement de l’annonce du 20 avril 2020, le milieu scientifique émet des réserves avant que l’OMS ne mette en garde contre un produit élaboré en marge de la procédure de validation en vigueur. Ceci suscite l’indignation de nombre d’africains qui ont trouvé là une occasion idéale pour fustiger l’OMS. Dans ce contexte, les présidents d’une dizaine de pays africains entrent en relation avec leur homologue malgache – par visioconférence et diffusée sur les chaines télévisuelles en prime – time – avant d’affréter, chacun à son tour, un avion à Madagascar pour venir chercher leur part de tambavy (cvo). De leur côté, depuis le 20 avril, les médias occidentaux n’ont jamais cessé de discréditer la tisane (cvo), Madagascar, ou plutôt ses dirigeants et ses scientifiques, en dénigrant les vertus du remède pour conclure à son inefficacité – voire, étrangement, jusqu’à condamner l’artemisia

Au fur et à mesure que la polémique enfle, on remarque un fléchissement des positions. Au mois de juin, le D.G. de l’OMS annonce officiellement vouloir soutenir Madagascar pour procéder à des essais cliniques, tout comme bon nombre de pays africains. Et c’est d’ailleurs la pierre d’achoppement principale à la reconnaissance officielle du tambavy en tant que médicament. Dans ce contexte, la revue Paris Match rapporte qu’après des mois d’analyse, le Pr.Peter Seeberger , responsable de l’Institut Max Planck de Postdam (Allemagne) a annoncé le mercredi 24 juin 2020, que des extraits d’artemisia séchés se sont révélés efficaces, en laboratoire, pour lutter contre la covid – 19. Des essais cliniques étaient sur le point d’être lancés aux Etats – Unis et au Mexique, sur des patients atteints de coronavirus. En juin 2020, le Président malgache lance la construction de PHARMALAGASY. Du matériel, sophistiqué, en provenance d’Allemagne et de Chine arrive fin juillet. L’Etat malgache qui est l’actionnaire  majoritaire de cette société, envisage de mettre  en place une véritable industrie de pointe, capable de rivaliser  avec de grandes firmes pharmaceutiques étrangères. Entretemps, les essais cliniques in vitro et in vivo sur le remède contre le coronavirus continuent, et à l’issue de cela, l’usine produira des cvo/gélules à doses préventives et curatives, d’après les responsables. Le 20 septembre 2020, l’OMS approuve un protocole pour des essais cliniques de phase III de phytothérapie pour la covid – 19, pour le tambavy (cvo). Le 2 octobre 2020, PHARMALAGASY est inauguré officiellement. Elle produira 32 millions de gélule de (cvo  +) par jour, à base d’artemisia et de « ravintsara », ambitionnant d’exporter sa production afin d’apporter une solution à la pandémie de covid – 19. C’est aussi dans cette optique que Madagascar a été sollicitée par l’OMS pour participer au «  Solidarity trial », un essai clinique international visant à trouver un traitement efficace contre la covid 19.

Prise dans des enjeux locaux et globaux, dans une histoire de circulations mondiales anciennes et ressentes, la gestion de la covid – 19 se retrouve à Madagascar à l’intersection du scientifique et de la croyance, du politique, de l’économique et des processus identitaires. Le 16 avril 2020, le Président a diffusé sur sa page facebook, une reconstitution documentaire relatant le passage à Madagascar d’une brésilienne qui avait prédit, en novembre 2019, que Madagascar sauvera le monde d’une pandémie globale grâce à des plantes endémiques. Pour l’instant, la concrétisation de la devise de Pharmalagasy, inscrite sur son fronton, comme suit :

« PHARMALAGASY : changer l’Histoire par la Science » reste la meilleure option à prendre…

                                                                        Claude Alain Randriamihaingo

                                                                                                                              

Journée de lancement du GRIP: premiers pas de l’Institut

Malgré les contraintes qu’impose le coronavirus et la Covid-19 (d’où le sous titre “An 1 de l’ère Covid” de cette journée) , le GRIP a mené sa première journée de travail publique ce jeudi 26 Novembre. Après une matinée consacrée à des expériences vécues autour de la Covid-19, nous avons eu trois sessions d’échanges autour de chacun des axes de notre Institut.

Voir ici le programme de la journée:

La journée a été introduite par M. Edouard Kaminski, vice-président Recherche d’Université de Paris et M. Mathieu Arnoux, Vice-doyen Recherche et Président de la Commission Recherche de la Faculté Sociétés et Humanités et Rigas Arvanitis, président du GRIP et directeur du Ceped.

Prochainement, nous publierons un compte-rendu des débats qui ont permis de mieux cerner les enjeux de ce que nous appelons la recherche mondiale. L’effort mené ici est de rassembler des recherches dispersées au sein de notre Université, d’activer la puissance de nos partenariats à l’étranger et de formuler des orientations originales qui engagent nos plus jeunes enseignants-checheur.e.s, étudiant.e.s et partenaires.

Prochainement, en se basant sur ces réflexions initiales,

le GRIP lancera divers projets de recherche.

Affiche de la journée de lancement du GRIP

Développement professionnel de stylistes africains à l’international: partenariat avec l’Organisation internationale de la Francophonie

Ces deux dernières années, F. Mourlhon-Dallies, directrice formation et valorisation du GRIP a travaillé en binôme avec Véronique Girard – Spécialiste de programme – Français professionnel, numérique et culture – à la Direction  « langue française et diversité des cultures francophones » au siège de l’OIF à Paris.

L’activité d’accompagnement  s’est concentrée sur la formation professionnelle et langagière de stylistes modélistes d’Afrique francophone, désireux de développer leur clientèle à l’international dans une perspective de marché global qui n’ignore pas cependant les particularités locales. Ce développement professionnel passe par la maîtrise d’outils et de formats discursifs numériques (sites marchands, blogs, clips de collections) ainsi que par des prises de parole dans les médias grand public (émissions télévisées, interviews dans la presse). Le projet initial a au fil des mois pris de l’ampleur pour aboutir à l’élaboration par l’OIF d’un CLOM adressé aujourd’hui à tout professionnel de la mode intéressé, dès lors qu’il développe son activité en français. Au bout de trois semaines de lancement du programme, ce sont déjà près de 2000 inscrits issus de quatre-vingt-trois pays qui se sont manifestés pour suivre cette formation en ligne.

Le CLOM : « créateurs de mode : le français professionnel pour une stratégie de communication innovante»

Début de la première session avec deux parcours (l’un de 20h, l’autre de 30h de formation) lundi 26 octobre 2020. Inscription gratuite en ligne ouverte dès à présent.

Pour aller plus loin dans la connaissance des coulisses du projet : « En mode de création francophone ». Revue Le français dans le monde N.421, 2019.

Le CLOM dans la presse!

Lives in Music: Mobility and Change in a Global Context

1st Edition Routledge, mars 2020, 246 pages

Julien Mallet has contributed to Lives in Music: Mobility and Change in a Global Context. The book analyses interwoven patterns of mobility, change, and power in music and dance practices.

It challenges some commonly accepted conceptual tools that are ubiquitous in anthropology today, including cultural hybridity, transnational networks, and globalization. Based on seven life stories that are the result of extensive ethnographic long-term field research efforts, the processes of geographic and social mobility, transformation, and power relative to music and dance practices are explored in different parts of the world. Seven writers provide life stories constructed through ethnographic techniques and supported by a deep knowledge of local customs.

« Stars de la côte » à Madagascar : mobilités, musiques et identités (re)composées

Par Julien Mallet

A Madagascar, des musiques auparavant exclusivement régionales sont depuis quelques années diffusées à l’échelle nationale. Un des changements notables dans les représentations réside dans le passage de référents identitaires liés aux appartenances régionales et/ou ethniques à des référents (assignés par les médias de la capitale) appartenant à un registre globalisant : « musiques mafana » (“chaudes”). Des artistes, pris dans cette catégorie, ont migré à la capitale et construisent de nouvelles formes musicales associant répertoires régionaux ou ethniques et formes modernes internationales, notamment en affirmant et revendiquant une appartenance « Black » par des emprunts à des genres musicaux africains et nord-américains modernes. Ce phénomène renvoie à des imaginaires multiples. Il est, entre autres, à comprendre dans un contexte de relations interethniques au niveau national, héritées du système colonial et mobilisant des représentations stéréotypées entre « merina » (groupe ethnique historiquement dominant, de la capitale) et « côtiers ».

Julien Mallet a publié un article dans le n° 68 de la revue Civilisations : “Mobilités dans le Sud globalisé : altérité, racialisation et fabrique des identités”. L’article s’attache à analyser les processus de réappropriation en « positif » de ces stéréotypes et l’articulation du phénomène à de nouvelles mobilités régionales et internationales à travers des réseaux « communautaires » qui se mettent en place via la diaspora et Internet (YouTube, Facebook).