Archives par mot-clé : citadinités globales

Journée de lancement du GRIP: premiers pas de l’Institut

Malgré les contraintes qu’impose le coronavirus et la Covid-19 (d’où le sous titre “An 1 de l’ère Covid” de cette journée) , le GRIP a mené sa première journée de travail publique ce jeudi 26 Novembre. Après une matinée consacrée à des expériences vécues autour de la Covid-19, nous avons eu trois sessions d’échanges autour de chacun des axes de notre Institut.

Voir ici le programme de la journée:

La journée a été introduite par M. Edouard Kaminski, vice-président Recherche d’Université de Paris et M. Mathieu Arnoux, Vice-doyen Recherche et Président de la Commission Recherche de la Faculté Sociétés et Humanités et Rigas Arvanitis, président du GRIP et directeur du Ceped.

Prochainement, nous publierons un compte-rendu des débats qui ont permis de mieux cerner les enjeux de ce que nous appelons la recherche mondiale. L’effort mené ici est de rassembler des recherches dispersées au sein de notre Université, d’activer la puissance de nos partenariats à l’étranger et de formuler des orientations originales qui engagent nos plus jeunes enseignants-checheur.e.s, étudiant.e.s et partenaires.

Prochainement, en se basant sur ces réflexions initiales,

le GRIP lancera divers projets de recherche.

Affiche de la journée de lancement du GRIP

Vivre et construire le droit à la ville: expériences du Sud

Marianne Morange et Amandine Spire, membres du GRIP ont récemment contribué à cet ouvrage, en ligne avec la thématique de l’axe 1 – Citadinités Globales-.

Cet ouvrage propose une perspective originale sur le droit à la ville, ce triple objet mal identifié, à la fois objet de recherche, étendard des luttes contre le néolibéralisme, et instrument de gouvernement. S’inspirant des appels à un tournant sudiste (Southern turn) dans la théorie urbaine, il donne à voir la diversité des appropriations de la notion de droit à la ville par des chercheurs spécialistes des questions urbaines au Sud. De ce décalage de regard par les Suds, il ressort que le droit à la ville rime aujourd’hui fortement avec une demande d’inclusion économique, sociale et spatiale dans la société urbaine, voire une demande de droit à « être gouverné ». Dans le prolongement des travaux inspirés par la notion de citadinité, le droit à la ville est donc exploré ici en tant que programme critique pour interroger la dimension politique d’expériences de vie citadines fondées sur des demandes ou des attentes de reconnaissance.

Écrits par des auteurs issus des pays du Nord ou du Sud, en anglais ou en français, les textes rassemblés offrent des analyses portant sur douze villes du Sud et sur trois continents, mettant ainsi en lumière la grande diversité des formes de demande de droits formulés en rapport avec la condition urbaine. Chaque contribution repose sur des études de cas originales, empiriquement documentées, qui permettent d’ancrer la réflexion dans l’observation des pratiques concrètes des citadins et des modalités de leurs rapports à l’État.

En reliant expériences quotidiennes de la vie urbaine, attentes ou demandes de reconnaissance des citadins par l’État et rationalités de gouvernement, cet ouvrage souhaite ainsi contribuer à renforcer la portée analytique du droit à la ville, au Sud comme au Nord, dans une perspective à la fois émancipatrice et concrète.

Ont contribué à l’ouvrage : Carole Bignon, Eva Camelli, Aba Crentsil, Sven Da Silva, Anna Dewaele, Silvia Jorge, Pieter de Vries, Carla Fainstein, Monique Figueira, Myriam Houssay-Holzschuch, Ayité Claude Mawussi, Salifou Ndam, George Owusu, Isabel Raboso, Valeria Laura Snitcofsky, Mahima Taneja, Philippe Urvoy et Claudia Zamorano Villarreal.