Archives par mot-clé : technologies

Le marché global des véhicules d’occasion : flux Nord-Sud

Texte par Bérénice Bon, co-porteuse du projet GRIPLe marché global des véhicules d’occasion

Quelques nouvelles des terrains au Kenya et au Sénégal du projet. Obsolescence technologique et renforcement des vulnérabilités environnementales et sanitaires en Afrique.

Première immersion dans les mondes des garages à Nairobi.

Au Kenya, 90 % des véhicules privés utilisés sont des véhicules d’occasion importés, dont 80 % viennent du Japon.

On a rencontré des investisseurs comme H., qui vient du Sri Lanka. H. a d’abord travaillé dans le commerce du diamant puis a rejoint un oncle dans les années 1980 en Inde pour vendre des voitures. À la fin des années 1990, H. part au Japon, se spécialiser dans la vente de voiture. H. vit aujourd’hui à Nairobi. Via son entreprise, il importe 5000 voitures chaque année du Japon. Ou J, qui en 2004 quitte Kitui, une petite ville, et s’installe à Nairobi. Il ouvre un garage et achète deux voitures japonaises. Il poursuit aujourd’hui ce commerce en vendant chaque mois 2 à 3 voitures et en assurant des réparations.

On a commencé à remonter les chaînes d’approvisionnement et les dépendances qu’elles créent pour cette diversité d’entrepreneurs. H., J. et tous les autres entrepreneurs rencontrés nous ont initié aux sites web des plus grands exportateurs japonais comme SBT, mais aussi aux places d’enchères à Osaka ou Tokyo où depuis 2010 ils achètent des voitures. Depuis les années 1990 des liens se sont tissés entre entreprises et individus kényans et japonais. Le pouvoir des firmes dans les pays exportateurs et la digitalisation rassemblent ces entrepreneurs, aux capitaux très divers. La majorité des garages ont des franchises pour fournir des pièces Toyota ou Nissan, mais si vous avez une Peugeot à Nairobi vous attendez deux mois pour recevoir la pièce de rechange ! Un bien marchand global c’est un appareillage logistique qui crée des sentiers de dépendance : du cargo, à l’entrepôt, à la ville. Et à ces vies sociales et économiques se tissent des vies politiques. On a alors embarqué dans le monde des contraintes réglementaires et de la production de normes environnementales pour ces véhicules qui par milliers voyagent du Japon au Kenya. On a commencé à suivre l’obtention des certificats indispensables à chaque voiture importée, quels acteurs interviennent, quels contrôles sont effectués, comment évoluent ces normes, comment se construit le problème de la pollution de l’air et des émissions du trafic routier.

Au Kenya, comparé à d’autres pays africains, la flotte de véhicule d’occasion importée est plutôt récente : ces certificats imposent depuis 2010 qu’un véhicule ne doit pas être plus âgé que 8 ans. Le prochain terrain prévu en mai 2022 nous guidera jusqu’au plus grand port du Kenya, Mombasa, pour être au plus proche de ces voitures et de leurs passeurs, multisitués, mais aussi dans les bureaux et les ateliers de contrôle de l’agence nationale environnementale.

Tous les crédits des photos ©BBON, novembre 2021, Nairobi